Des experts de l’ONU expriment leur « profonde inquiétude » face à l’expulsion d’un sanatorium à Taïwan |

Exprimant leur « profonde préoccupation » face à l’expulsion imminente de 300 résidents d’un sanatorium pour lépreux taïwanais pour faire place à un système de transport en commun rapide, deux experts des droits de l’homme des Nations Unies ont appelé les autorités à explorer toutes les alternatives possibles et, si aucune n’est trouvée, pour fournir une indemnisation adéquate.

« Le Comité des Nations Unies sur les droits économiques, sociaux et culturels a déclaré que » les expulsions forcées sont prima facie incompatibles avec les dispositions du Pacte et ne peuvent être effectuées que dans des circonstances spécifiques «  », ont-ils déclaré dans un communiqué sur le Lo-Sheng. Sanatorium.

La déclaration a été publiée au nom de Paul Hunt, rapporteur spécial de la Commission des droits de l’homme des Nations unies sur le droit de toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale susceptible d’être atteint (« le droit à la santé »), et de Miloon Kothari, Rapporteur sur le logement convenable, en tant qu’élément du droit à un niveau de vie suffisant.

Ils ont exhorté les autorités à veiller à ce que les droits humains des personnes touchées par la lèpre soient pleinement respectés, notamment en ce qui concerne le droit à la santé et le droit à un logement convenable.

« Les rapporteurs spéciaux exhortent les autorités à explorer toutes les alternatives possibles en consultation avec les résidents du sanatorium de Lo-Sheng », ajoute le communiqué. « Si aucune solution ne peut être trouvée qui permettrait aux résidents de rester, des recours ou des procédures juridiques devraient être fournis aux résidents concernés par les ordonnances d’expulsion, ainsi qu’une indemnisation adéquate pour tout bien affecté, à la fois personnel et immobilier. »

Toute expulsion considérée comme justifiée doit être effectuée dans le strict respect des dispositions pertinentes du droit international des droits de l’homme et conformément aux principes généraux de caractère raisonnable et de proportionnalité, ont-ils ajouté.

articles similaires

Toute l'actualité