«Nous disposons de preuves de vie récentes», indique le gouvernement sénégalais

La jeune femme sénégalaise de 20 ans, étudiante au lycée Louis-le-Grand, est introuvable depuis le 4 janvier.

C’est une nouvelle rassurante de plus dans l’affaire Diary Sow, une étudiante sénégalaise de 20 ans qui n’a plus donné de signe de vie depuis le 4 janvier à Paris. «D’après les informations dont nous disposons, la piste criminelle est écartée. Mieux : nous disposons de preuves de vie récentes de Diary Sow», indiquent ce jeudi les autorités sénégalaises à Jeune Afrique .

«Nous souhaitons qu’elle puisse retrouver sa famille, ses amis, et décider par elle-même de ses projets à venir (…) Si Diary nous revenait, comme nous le souhaitons, nous ne ménagerions aucun effort pour l’aider à reprendre une existence normale», poursuivent les autorités sénégalaises, qui prennent la parole la première fois sur le sujet.

À VOIR AUSSI – Disparition d’une étudiante sénégalaise à Paris: ce que l’on sait

«Il faut la laisser tranquille»

L’enquête pour retrouver Diary Sow s’oriente donc vers une disparition «normale», c’est-à-dire volontaire, comme l’indiquait lundi soir à l’AFP une source proche du dossier. «On n’est pas inquiet, on est sur une disparition normale, qui n’est a priori pas criminelle», déclarait cette même source. Avant de préciser : «On est en train de la remonter. Le plus simple serait qu’elle vienne vers nous, mais elle ne semble pas encline à le faire pour l’instant».

«Diary est vivante, elle va bien. Il faut la laisser tranquille, qu’on arrête de parler d’elle. Il faut surtout lui laisser le temps de faire ses choix et de revenir si elle en a envie. Elle s’expliquera un jour ou l’autre, demain, dans un mois ou dans un an», indiquait quant à elle une des proches de la jeune femme au Parisien , mardi.

articles similaires

Toute l'actualité