Le Sénégal face à une flambée de violences

L’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko a provoqué des émeutes et des enseignes françaises ont été attaquées.

Le Sénégal a repris son souffle, un week-end de calme après trois jours d’émeutes. Jeudi et vendredi le pays, et Dakar en particulier, s’était enflammé dans une série de violences entre manifestants et forces de l’ordre qui ont laissé quatre morts, un bilan rare dans un État stable et habitué au règlement des crises dans la douceur. L’apaisement n’est peut-être qu’un répit alors que la tension reste vive. Un nouveau collectif, le Mouvement de défense de la démocratie (M2D), a d’ailleurs appelé à reprendre la rue dès lundi et pour trois jours. «Une immense contestation a déferlé sur toute l’étendue du territoire sénégalais, désavouant publiquement Macky Sall et son gouvernement devenus condescendants devant le peuple», affirme Ndèye Fatou Diop Blondin, représentante du M2D, qui comprend plusieurs organisations et partis, notamment le Pastef (Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité), la formation d’Ousmane Sonko.

L’arrestation de ce député et jeune leader politique

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

articles similaires

Toute l'actualité