ce qui pousse certains à prendre la mer

VU D’AILLEURS – Même si les chiffres ne sont en rien comparables à ceux de 2015, les courants migratoires qui empruntent l’itinéraire qui conduit de l’Afrique de l’Ouest aux îles Canaries ont connu un rebond important récemment. Qu’est-ce qui pousse certains à prendre la mer? Enquête.

Christian Putsch (Die Welt)

Malgré de grandes quantités de sucre, la cérémonie du thé d’Ataya débute sur une note amère. Selon la légende sénégalaise, elle représente le début de la vie et les souffrances qui l’accompagnent. À pleine maturité, les feuilles d’Ataya dévoilent toute leur puissance. Le surnom de ce thé vert fort est sans équivoque: la «poudre à canon». Le charbon est allumé dans le sable. La cruche contenant les fleurs de thé est ensuite posée dessus.

Avant cette première infusion amère, la conversation ne peut pas encore se dérouler en toute confiance. Certainement aussi parce qu’un journaliste allemand participe à la discussion par vidéoconférence sur WhatsApp et souhaite s’entretenir avec les jeunes gens de la petite ville sénégalaise de Nianing non pas à propos du thé, mais de la migration. C’est ainsi que deux des quatre buveurs de thé qui avaient accepté de participer à la conversation la veille prennent congé nerveusement avant la première gorgée.

Ce n’est pas une surprise

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

articles similaires

Toute l'actualité