La France mise sur la responsabilité et la solidarité face aux défis mondiaux |

« Nous avons une responsabilité collective dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales. Nous avons une responsabilité partagée pour relever les grands défis d’aujourd’hui et nous avons la responsabilité de défendre individuellement les valeurs qui nous unissent », a-t-il déclaré dans un message préenregistré.

« Pour la France, c’est ce qu’appelle cette période historique de turbulences que nous vivons. Nous devons tous relever le défi. »

Sommet du Conseil de sécurité « P5 »

Malgré les récentes attaques, les fondements du système multilatéral sont restés solides, a-t-il déclaré, tout en mettant en garde contre la montée des risques tels que des jeux de pouvoir « plus intenses » et la réémergence de « mentalités de bloc ».

La France est l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, aux côtés de la Chine, de la Russie, du Royaume-Uni et des États-Unis.

M. Le Drian a indiqué que son pays appelle à un « sommet P5 » pour établir un programme d’action commun « pour permettre au Conseil de sécurité d’exercer pleinement son mandat et d’engager un dialogue sur les questions clés de la maîtrise des armements et de notre sécurité collective ». ”

Mission humanitaire en Afghanistan

Passant à certains des points chauds du monde, il a souligné le devoir de fournir une assistance humanitaire au peuple afghan.

« Et il est dans notre intérêt commun d’avoir des exigences politiques et sécuritaires claires vis-à-vis du régime de Kaboul : tous les liens avec les organisations terroristes doivent être rompus », a-t-il dit, s’exprimant par l’intermédiaire d’un interprète.

Par ailleurs, la lutte contre la menace terroriste en Asie occidentale et dans la région du Sahel en Afrique doit également se poursuivre, tandis que la communauté internationale « doit être absolument sans équivoque » sur le programme nucléaire iranien.

« L’Iran ne peut plus se permettre de penser que le temps est de son côté car plus son programme nucléaire devient dangereux, plus le risque d’une crise majeure est grand », a déclaré M. Le Drian.

« La France fera tout ce qui est en son pouvoir pour favoriser le dialogue, mais la seule voie possible reste un accord, permettant d’établir que l’Iran respecte à nouveau ses obligations. Il est donc essentiel que les négociations reprennent très rapidement.

Combler la « fracture vaccinale »

Sur la pandémie, M. Le Drian a souligné qu’il ne fallait pas laisser la « fracture vaccinale » se creuser davantage. Il a ajouté que la France continuera à travailler avec des partenaires, notamment en Afrique, notant que « notre engagement de fournir 60 millions de doses sera atteint d’ici la fin de l’année ».

Il a également souligné la nécessité d’une solidarité internationale, notamment sur la question de la reprise économique.

Alors que les pays du G20 ont mis en place une initiative de suspension du service de la dette, ils doivent aller plus loin, a-t-il déclaré. Il s’agit notamment d’assurer une allocation rapide des droits de tirage spéciaux (DTS), un type d’actif de réserve de change développé par le Fonds monétaire international (FMI), aux pays qui en ont le plus besoin. Il a déclaré que la France était prête à transférer 20% de son allocation de DTS aux pays africains.

« Moment de vérité » sur le climat

Le ministre des Affaires étrangères a également appelé à une action urgente sur le changement climatique et l’environnement, la prochaine conférence sur le changement climatique COP26 servant de « moment de vérité ».

Il a encouragé les pays à « se rallier autour de l’objectif de neutralité climatique d’ici 2050 », notant que des vies humaines, ainsi que la civilité internationale et les générations futures, sont en jeu.

« Là encore, la France fera preuve de solidarité en apportant 6 milliards d’euros par an et en consacrant plus d’un tiers de ses financements à l’adaptation au climat », a-t-il ajouté.

Texte intégral, en anglais, lien ici.

articles similaires

Toute l'actualité