Des millions de personnes ne profitent pas de l’apprentissage à distance pendant les situations d’urgence : UNICEF |

Plus de la moitié, soit 102 millions, sont des étudiants de 14 pays qui ont totalement ou partiellement fermé leurs salles de classe pendant au moins la moitié de la pandémie de COVID-19, selon l’indice de préparation à l’apprentissage à distance.

Chaque enfant doit pouvoir continuer à apprendre pendant les fermetures d’urgence des écoles.

Pourtant, au moins 200 millions d’étudiants vivent dans des pays non préparés à dispenser un enseignement à distance, laissant beaucoup d’entre eux sans aucune forme d’éducation. https://t.co/3q3RqdVefD

– UNICEF (@UNICEF) 28 octobre 2021

« Même au milieu d’une urgence en cours, nous savons qu’il y en aura une autre, mais nous ne faisons pas suffisamment de progrès pour nous assurer que la prochaine fois que les élèves seront forcés de quitter la salle de classe, ils auront de meilleures options », a déclaré Henrietta Fore, la Directeur général de l’UNICEF.

Les jeunes esprits laissés pour compte

Le rapport mesure la disposition des pays à proposer un apprentissage à distance lorsque l’enseignement en personne est interrompu, et couvre près de 90 % des élèves des pays à revenu faible et intermédiaire.

Il examine également les limites de l’apprentissage à distance et les inégalités d’accès, et avertit que la situation est probablement bien pire que ne le montrent les données disponibles.

Le Bénin, le Burundi, la Côte d’Ivoire, le Congo, l’Éthiopie, Madagascar, le Malawi, le Niger et le Togo font partie des pays qui ont le plus besoin d’amélioration dans le secteur de l’éducation.

Selon le rapport, l’enseignement préscolaire est le niveau le plus négligé. De nombreux pays n’ont pas déployé de politique correspondante pendant la pandémie, de sorte que les apprenants les plus jeunes ont été laissés pour compte pendant leurs années de développement les plus critiques.

Pendant ce temps, l’Argentine, la Barbade, la Jamaïque et les Philippines ont le niveau de préparation le plus élevé. Cependant, l’UNICEF a averti que même parmi les pays ayant des scores plus élevés sur l’indice, les disparités au sein de leurs territoires signifient que les enfants les plus pauvres, ou ceux des zones rurales, sont beaucoup plus susceptibles de manquer pendant les fermetures d’écoles.

Tirer parti de la puissance technologique

Bien qu’il n’y ait pas de remplacement pour l’apprentissage en personne, le rapport indique que les écoles dotées de systèmes d’apprentissage à distance « robustes », en particulier l’apprentissage numérique, peuvent fournir un certain degré d’éducation lorsque les urgences obligent les salles de classe à fermer. Ces systèmes peuvent également aider les élèves à rattraper leur retard une fois que les écoles rouvriront.

Bien que les 19 derniers mois aient été perturbateurs, le chef de l’UNICEF a déclaré avoir donné un aperçu de ce qui est possible pendant et après la pandémie.

« Avec nos partenaires, nous avons travaillé dur pour tirer parti de la puissance de la technologie et offrir des opportunités d’apprentissage aux enfants et aux jeunes du monde entier », a-t-elle ajouté.

Grâce à l’initiative Reimagine Education, l’UNICEF et ses partenaires s’efforcent de donner aux enfants et aux jeunes un accès égal à un apprentissage numérique de qualité, dans le but d’atteindre 3,5 milliards d’apprenants d’ici 2030.

articles similaires

Toute l'actualité