Un nouveau rapport de l’UNESCO sur l’éducation appelle à un « nouveau contrat social » |

Dans son nouveau rapport mondial publié jeudi, intitulé Réinventer ensemble nos futurs : Un nouveau contrat social pour l’éducation, l’agence propose des réponses à ces trois questions essentielles.

Plus d’un million de personnes ont pris part au processus de consultation mondiale qui a éclairé le rapport, qui appelle à une transformation majeure pour réparer les injustices passées et renforcer la capacité d’agir ensemble pour un avenir plus durable et plus juste.

Deux ans de préparation, l’UNESCO veut que la publication lance un débat et un mouvement mondial, pour forger un nouveau contrat entre parents, enfants et éducateurs du monde entier.

Tournant

Selon l’agence, le monde est à un tournant et les disparités mondiales signifient que l’éducation ne tient pas encore sa promesse de contribuer à façonner un avenir pacifique, juste et durable.

Des niveaux de vie élevés coexistent avec des inégalités béantes et, même si la place publique est largement active, « le tissu de la société civile et de la démocratie s’effiloche dans de nombreux endroits du monde ».

Pour l’UNESCO, les changements technologiques rapides transforment également des vies, mais ces innovations « ne sont pas suffisamment orientées vers l’équité, l’inclusion et la participation démocratique ».

« C’est pourquoi nous devons repenser l’éducation », soutient le rapport.

Réinvention « urgente »

Au cours du XXe siècle, l’éducation publique visait essentiellement à soutenir la citoyenneté nationale et les efforts de développement par le biais de la scolarisation obligatoire des enfants et des jeunes.

Aujourd’hui, cependant, alors que le monde est confronté à de graves risques pour l’avenir, l’UNESCO estime « nous devons réinventer de toute urgence l’éducation pour aider à relever ces défis communs. »

Dans ce contexte, l’agence demande un nouveau contrat social qui doit unir le monde « autour d’efforts collectifs et fournir les connaissances et l’innovation nécessaires pour façonner un avenir durable et pacifique pour tous, ancré dans la justice sociale, économique et environnementale ».

Il doit également « défendre le rôle joué par les enseignants », indique le rapport.

Les principes clés

Pour l’UNESCO, ce nouveau contrat social doit s’appuyer sur les grands principes qui sous-tendent les droits de l’homme, tels que l’inclusion et l’équité, la coopération et la solidarité.

Elle devrait également être régie par deux principes fondamentaux : garantir le droit à une éducation de qualité tout au long de la vie et renforcer l’éducation en tant que bien public commun, selon l’agence.

L’aggravation des inégalités sociales et économiques, le changement climatique, la perte de biodiversité, le recul démocratique et l’automatisation technologique perturbatrice sont quelques-uns des défis mis en évidence.

« Les façons dont nous organisons actuellement l’éducation à travers le monde ne font pas assez pour garantir des sociétés justes et pacifiques, une planète saine et des progrès partagés qui profitent à tous. En fait, certaines de nos difficultés proviennent de la façon dont nous éduquons », indique le rapport.

Nouvelles idées

La publication comprend quelques propositions pour renouveler le secteur.

Pour commencer, la pédagogie – la pratique de l’enseignement – doit passer d’une focalisation sur les cours dispensés par l’enseignant et centrés sur l’accomplissement individuel, pour mettre plutôt l’accent sur la coopération, la collaboration et la solidarité, soutient l’UNESCO.

Les programmes, qui ont souvent été organisés en grille de matières, doivent mettre l’accent sur l’apprentissage écologique, interculturel et interdisciplinaire.

L’enseignement doit « cesser d’être considéré comme une pratique individuelle pour devenir davantage professionnalisé en tant qu’effort collaboratif ».

La publication qualifie les écoles d' »institutions mondiales nécessaires qui doivent être sauvegardées », mais soutient que le monde « devrait abandonner l’imposition de modèles universels et réinventer les écoles, y compris les architectures, les espaces, les horaires, les horaires et les groupes d’élèves de diverses manières ».

L’agence conclut en disant que le rapport « est plus une invitation à réfléchir et à imaginer qu’un plan », et que les questions doivent trouver une réponse dans les communautés, les pays, les écoles, les programmes et les systèmes éducatifs du monde entier.

articles similaires

Toute l'actualité