Griffiths au Conseil de sécurité : « Votre responsabilité n’est pas terminée » envers le peuple syrien |

« Ce n’est pas fini pour le peuple syrien », a déclaré le Coordonnateur des secours d’urgence, Martin Griffiths, en décrivant les innombrables défis. « Et votre responsabilité n’est pas non plus terminée. »

Comme je l’ai déjà dit, nous laissons tomber le peuple syrien, jeune et vieux. L’échec chaque année ne peut pas être notre stratégie.

Cette année, nous devons alléger le fardeau des civils syriens.

J’exhorte les États membres à travailler avec l’ONU et d’autres agences humanitaires clés sur une nouvelle approche.

Mes remarques :

– Martin Griffiths (@UNReliefChief) 27 janvier 2022

Relèvement précoce essentiel

Le chef des affaires humanitaires a déclaré qu’il était essentiel d’intensifier les programmes de relèvement précoce – visant à répondre aux besoins qui surviennent pendant la phase humanitaire d’une urgence – qui peuvent offrir une voie vers plus d’autosuffisance et rétablir les services de base.

Peut-être plus immédiatement, il a attiré l’attention sur les centaines d’enfants qui, cette semaine, ont été piégés dans un terrifiant siège de prison à Al-Hasakah, dans le nord-ouest de la Syrie.

Il a cité des rapports annoncés par Henrietta Fore, Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le 25 janvier, faisant état de décès d’enfants assiégés à l’intérieur du centre de détention militaire d’Al-Hasakah à Ghwayran, et d’enfants pris au piège alors que des détenus affiliés à l’EIIL combattaient des Kurdes dirigées par les Forces de défense syriennes (FDS), forcées de prendre part aux combats.

Des reportages indiquent que le siège est maintenant terminé et que les Kurdes ont repris le contrôle de la prison, mais M. Griffiths a déclaré aux ambassadeurs qu’il était « d’une importance cruciale que tous les enfants soient pris en compte, évacués en lieu sûr et soutenus », a-t-il insisté.

Leur situation difficile fait écho à celle du pays, a souligné M. Griffiths. Il a décrit des filles et des garçons syriens grelottant dans des tentes dans la neige, tandis que d’autres sont coincés dans des camps de déplacés ou des centres de détention, et des millions d’autres – assez chanceux pour avoir un logement – manquent toujours d’une alimentation saine et d’une éducation fiable.

Déçu du peuple

« Nous laissons tomber le peuple syrien, jeune et vieux, » il a dit. « Je vous exhorte à travailler avec les Nations Unies sur de nouvelles approches. »

Le sous-secrétaire général a rappelé que six civils ont été tués le 20 janvier lorsque des missiles ont atterri dans la ville d’Afrin, tandis qu’une autre frappe aérienne début janvier a gravement endommagé la principale station d’eau desservant la ville d’Idlib.

Parallèlement aux problèmes de sécurité, des tempêtes hivernales inhabituellement violentes la semaine dernière ont endommagé des milliers de tentes dans des camps du nord-ouest, obligeant les personnes déplacées à brûler des ordures pour rester au chaud et risquer l’asphyxie, à l’abri des températures inférieures à zéro.

Pas assez

Avec le coût d’un panier alimentaire atteignant de nouveaux sommets au cours de chacun des quatre derniers mois et l’aide internationale en baisse, « l’aide alimentaire que nous fournissons à des millions de personnes chaque mois n’est tout simplement pas suffisante« , a-t-il prévenu.

Il a appelé à un soutien continu pour le plan semestriel des opérations humanitaires de l’ONU, attirant l’attention sur les projets de relèvement rapide pour soutenir la production alimentaire et l’acheminement transfrontalier de l’aide au nord-ouest de la Syrie. Deux de ces opérations ont été achevées et une troisième devrait avoir lieu prochainement, a-t-il ajouté.

« De la guerre à l’enfer »

Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, a convenu que les conditions se sont « considérablement aggravées », au milieu d’un conflit armé renouvelé à Dera’a, Damas et dans la Ghouta orientale.

M. Egeland – qui était auparavant Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies, de 2003 à 2006 – a déclaré que la crise économique, exacerbée par la sécheresse, est maintenant si profonde que les familles qu’il avait rencontrées lors de sa récente visite ont décrit leur voyage comme un « de la guerre à l’enfer ». .

Il a imploré le Conseil de mettre fin à cette « paralysie étouffante », demandant « votre aide en tant que membres du Conseil de sécurité, et en tant que puissances influentes auprès des partis et acteurs de la région. « La situation l’exige. »

Diplomatie humanitaire

Plus précisément, M. Egeland a appelé à l’aide pour mettre fin aux restrictions d’accès de tous les côtés des lignes de conflit, soulignant que le travail humanitaire est encore trop souvent freiné par des barrières administratives, logistiques, juridiques et physiques. Une diplomatie humanitaire plus efficace est nécessaire.

Par exemple, il a déclaré que la Fédération de Russie pouvait aider le gouvernement syrien, où le Conseil norvégien pour les réfugiés n’est toujours pas en mesure de fournir une aide juridique aux personnes déplacées et aux rapatriés, tandis que la Turquie et les États-Unis peuvent aider les autorités de facto dans les régions contrôlées par l’opposition. domaines.

Il a également appelé à l’aide pour négocier des solutions aux conflits à Idlib et ailleurs, soulignant que « nous ne pouvons pas laisser une guerre faire rage dans ce qui est, en réalité, une gigantesque chaîne de camps de déplacés ».

Un appel à la solidarité

En attendant, il a dit les civils doivent pouvoir demander protection et a souligné que «ce n’est pas le moment de fermer les frontières.”

Il sera également essentiel de rétablir un système de déconfliction, d’assurer des secours transfrontaliers et transfrontaliers, de sécuriser l’accès à l’eau et l’accord autour des voies navigables du nord, de soutenir la réhabilitation des infrastructures civiles, de permettre des solutions durables pour les réfugiés et de combler le déficit de financement. pour les opérations humanitaires.

« 2021 a été l’une des pires années jamais enregistrées pour les civils en Syrie », a-t-il déclaré. « Nous exhortons les pays donateurs à ne pas tourner le dos en 2022. »

Lutter contre les dangers des camps de prisonniers de l’EIIL, exhorte le chef de la lutte contre le terrorisme de l’ONU

La « barbarie » des terroristes de l’EIIL lors du siège de la prison cette semaine dans le nord-est de la Syrie ne devrait pas surprendre la communauté internationale, a déclaré le chef de la lutte contre le terrorisme de l’ONU, Vladamir Voronkov, lors d’un exposé au Conseil de sécurité jeudi.

« Je suis consterné par les informations selon lesquelles Daech (EIIL) a utilisé ces enfants comme boucliers humains », a-t-il dit, ajoutant que « cet incident était prévisible. Daech a mis en lumière et appelé à des évasions de prison. »

Il a déclaré que la tentative d’évasion massive de prison témoignait du « besoin urgent d’efforts internationaux concertés pour résoudre de manière efficace et durable le problème des prisons et des camps dans le nord-est de la Syrie, qui détiennent des combattants présumés de Daech et des individus ayant des liens présumés le groupe, y compris les enfants »

La plupart des combattants n’ont jamais été inculpés, mais restent incarcérés indéfiniment.

M. Voronkov a déclaré que l’EIIL continuait de s’organiser en petites cellules, se cachant dans des zones désertiques et rurales, tout en se déplaçant librement entre la Syrie et l’Irak.

Et les attaques en Syrie et en Irak pourraient également encourager les affiliés du Sahel et d’Afrique centrale et orientale à emboîter le pas. « Nous pourrions voir un groupe terroriste exploiter et fomenter activement le vide de pouvoir créé par la fragilité de l’État, sapant davantage la légitimité de l’État dans la région du Sahel ».

Il a exhorté le Conseil à s’adresser aux autres camps tels que Al-Hol et Al-Roj, où les détenus de l’EIIL sont détenus, ainsi que des dizaines de milliers de femmes et d’enfants, « dans des conditions humanitaires désastreuses ».

« Alors que la situation s’envenime… elle ne fait qu’exacerber les conditions propices au terrorisme et constitue une menace sérieuse à moyen et à long terme. »

articles similaires

Toute l'actualité