Guterres s’engage à « ne jamais oublier » l’Holocauste lors d’une cérémonie à la synagogue |

Son appel est venu dans un message vidéo lors d’une cérémonie à la synagogue Park East à New York pour commémorer le 77e anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz.

J’ai eu l’honneur de marquer l’anniversaire de la libération d’Auschwitz avec des survivants de l’Holocauste et des membres de la @PESynagogue.

La libération a mis fin à l’Holocauste, mais ce n’était que le début de notre travail pour faire en sorte que de tels crimes ne se reproduisent plus jamais. pic.twitter.com/VH9uyS3wMN

– António Guterres (@antonioguterres) 26 janvier 2022

Le service annuel honore la mémoire des six millions de Juifs tués dans l’Holocauste et a de nouveau eu lieu pratiquement cette année en raison de la pandémie de COVID-19.

Le nombre de survivants diminue

« Il y a soixante-dix-sept ans, la libération a mis fin à l’Holocauste. Mais ce n’était que le début de nos efforts pour faire en sorte que de tels crimes ne puissent plus jamais se reproduire », a-t-il ajouté. a déclaré M. Guterres.

« Comme de moins en moins peuvent témoigner directement, engageons-nous ensemble à toujours nous souvenir et à faire en sorte que les autres n’oublient jamais. »

M. Guterres a réfléchi sur l’immense perte de l’Holocauste. Le régime nazi a anéanti des communautés entières, détruisant la « magnifique mosaïque » de la vie juive en Europe.

Le rabbin Arthur Schneier de Park East Synagogue, né à Vienne, a survécu à l’Holocauste, mais certains membres de sa famille ont été tués à Auschwitz.

« Ayant survécu, j’ai promis de consacrer ma vie à aider à éradiquer l’antisémitisme et toute forme de haine pour s’assurer qu’aucun autre peuple n’aurait à subir les atrocités perpétrées contre le peuple juif », il a dit.

L’antisémitisme refait surface

Le chef de l’ONU a décrit l’antisémitisme et les autres sectarismes religieux comme s’enregistrant comme un sismographe, car plus ils secouent et déstabilisent le monde, plus les fondations de notre humanité commune sont fissurées.

Aujourd’hui, les fissures sont impossibles à ignorer.

« L’antisémitisme – la forme la plus ancienne de haine et de préjugés – resurgit à nouveau. Presque chaque jour apporte de nouveaux rapports d’agressions verbales et d’attaques physiques ; de cimetières profanés et de synagogues vandalisées », a déclaré M. Guterres.

Le chef de l’ONU a rappelé que la semaine dernière, aux États-Unis, un homme armé a pris en otage un rabbin et sa congrégation dans leur synagogue du Texas.

Il a également énuméré des exemples d’autres infractions contre les Juifs à travers le monde, telles que les écoles juives nécessitant une présence policière 24 heures sur 24 devant leurs portes.

La négation de l’Holocauste se développe

De nombreuses autres manifestations contemporaines de l’antisémitisme continuent de faire surface.

« Nous le ressentons dans la régularité surprenante avec laquelle les théories du complot se transforment en clichés antisémites odieux », a déclaré M. Guterres.

«Nous le voyons dans la manière répréhensible dont les manifestants contre les vaccins qui sauvent des vies manifestent en portant l’étoile jaune. Et nous le reconnaissons dans les tentatives profondément troublantes de nier, de déformer ou de minimiser l’Holocauste – qui trouvent un terrain fertile sur Internet au milieu d’une ignorance et d’un dédain croissants.

Le Secrétaire général a salué les récentes mesures prises par l’Assemblée générale des Nations Unies et d’autres pour définir clairement et combattre activement la négation de l’Holocauste.

Cependant, il s’inquiétait que à peine la moitié des adultes dans le monde avait même entendu parler de l’Holocauste, alors que le manque de connaissances parmi les jeunes générations est encore pire.

L’éducation est la clé

« Notre réponse à l’ignorance doit être l’éducation. Les gouvernements du monde entier ont la responsabilité d’enseigner les horreurs de l’Holocauste », il a déclaré.

Le Secrétaire général a déclaré que l’ONU a été à l’avant-garde de ce travail crucial, notamment par le biais de son programme de sensibilisation à l’Holocauste.

« Nous savons que lorsque les jeunes découvrent l’Holocauste, ils peuvent mieux comprendre la fragilité des valeurs partagées et des institutions démocratiques, en particulier en période de bouleversements sociaux et économiques », a-t-il déclaré.

Grâce à l’éducation, les jeunes peuvent « apprendre à détecter les échos sinistres du passé dans les préjugés, la xénophobie et la rhétorique anti-réfugiés de notre époque ».

Ils peuvent également reconnaître à quel point le discours de haine peut facilement se transformer en crime de haine et comprendre les sombres conséquences potentielles s’il n’est pas traité.

Photo ONU/Evan Schneider

Le Secrétaire général António Guterres (3e à gauche) pose pour une photo de groupe en 2020 à l’occasion de la Journée internationale de commémoration à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

Répare notre monde

« Ils peuvent se demander pourquoi les appels désespérés à l’aide des victimes ont été accueillis par un silence assourdissant – pourquoi si peu se sont exprimés et encore moins se sont levés en signe de solidarité. Et en posant ces questions, ils peuvent comprendre comment un tel silence face à la haine est une complicité », a-t-il déclaré.

« Ils peuvent comprendre que le meurtre de masse n’a pas eu lieu dans le vide, mais qu’il a été l’aboutissement de millénaires de haine et de discrimination. »

Rappelant qu’aucune société n’est à l’abri de l’intolérance ou de l’irrationalité, le Secrétaire général a souligné que la compréhension du passé est cruciale pour sauvegarder l’avenir.

« Tenons ferme contre la haine et le sectarisme partout et partout, » il a dit. « Faisons le travail de ‘tikkun olam’ – faire ce que nous pouvons pour réparer notre monde. Et soyons solidaires pour les droits de l’homme et la dignité pour tous.

Un message clair

Les analogies déformées de l’Holocauste ne peuvent être contrées que par l’éducation, a déclaré le rabbin Schneier dans ses remarques, soulignant que les enfants doivent apprendre non seulement à tolérer les autres, mais aussi à les respecter, les accepter et les aimer.

Il a salué les programmes éducatifs de l’ONU sur l’Holocauste qui ont contribué à sensibiliser le monde entier à cette tragédie.

Le rabbin Schneier a déclaré que la résolution de l’Assemblée générale de la semaine dernière sur la négation de l’Holocauste est « un message clair de la communauté internationale à ces révisionnistes de l’histoire qui cherchent à déformer afin de propager l’antisémitisme ».

La résolution, une initiative d’Israël, a été présentée par l’ambassadeur du pays avec la coopération et le soutien des États-Unis, de l’Allemagne et de nombreux autres pays, a-t-il déclaré.

‘Être une bénédiction’

Le rabbin Schneier a fait remarquer que même si nous ne pouvons pas changer le passé, nous devons en tirer des leçons et rester vigilants, en particulier dans les moments difficiles.

« Dans un monde d’agitation, de conflits et de confusion, que chacun de nous s’engage en ce 77e anniversaire de la libération d’Auschwitz, un engagement solide que nous suivrons l’énoncé de mission du patriarche Abraham, ancre spirituelle pour les juifs, les chrétiens. , les musulmans ‘d’être une bénédiction’ », a-t-il dit.

« Puisse chacun de nous être une bénédiction pour la famille, pour le pays et pour une humanité unie, espérons-le. »

articles similaires

Toute l'actualité