Tops/Flops Malawi-Sénégal: Thomu surprenant, Mané méconnaissable

La pâle copie rendue par Mané et le Sénégal, Thomu homme du match… Les tops et flops après le nul entre le Sénégal et le Malawi (0-0).

TOPS

Charles Thomu, homme du match inattendu
Première sélection couronnée par un trophée d’homme du match pour Thomu, gardien remplaçant du Malawi. Ce portier de 22 ans, au profil inhabituel puisque n’étant pas franchement un géant, a arrêté toutes les tentatives d’un Sénégal pourtant armé en attaque. Si à l’issue de ce match, le Malawi est troisième de son groupe et peut prétendre à une qualification en huitième, c’est grâce à lui.

Bouna Sarr, l’unique satisfaction ?
Dans une morne équipe du Sénégal, Bouna Sarr a été le seul joueur à montrer une envie de créer du jeu. Dans son couloir droit, le joueur du Bayern Munich a multiplié les tentatives de une-deux et de centre pour faire briller Mané, Dia et Diallo, tous invisibles dans cette partie.

FLOPS

Sadio Mané, méconnaissable
Depuis le début de cette CAN, Mané est loin d’être celui que l’on a connu en Angleterre. Avec un total d’un tir cadré (sur pénalty) en trois matches, le joueur de Liverpool est le symbole d’une attaque sénégalaise en panne. Contre un Malawi courageux, il s’est effacé au fur et à mesure de la rencontre, au point même d’en oublier sa présence sur le terrain. Imprécis dans ses transmissions et facilement agacé, le capitaine et leader technique des Lions de la Teranga est tout simplement méconnaissable. Il faudra passer à la vitesse supérieure lors des huitièmes s’il veut aider le Sénégal à remporter la première CAN.

Le jeu proposé par le Sénégal
Comment une équipe aussi séduisante sur le papier peut-elle proposer un jeu aussi brouillon et soporifique ? Le Sénégal, sur la lignée de ses deux premiers matches de poules, a encore déçu par le contenu de son match. Les finalistes de la dernière édition, qui comptent dans leurs rangs certains des meilleurs joueurs d’Europe (Mané, Mendy, Koulibaly entre autres), ne font rien d’une possession de balle pourtant très élevée (78 % contre le Malawi). Si la défense peut se féliciter de n’avoir encaissé aucun but en trois rencontres, l’attaque ferait mieux de faire profil bas.

articles similaires

Toute l'actualité