3 millions d’Ukrainiens déjà dans le besoin – avec des répercussions futures qui se déroulent sous nos yeux |

Martin Griffiths, qui est également chef des affaires humanitaires, a déclaré vendredi aux journalistes que l’ONU et ses partenaires répondaient à ce besoin depuis de nombreuses années.

« Cette année seulement, par exemple, des convois humanitaires coordonnés par l’ONU ont livré plus de 150 tonnes d’aide aux personnes les plus vulnérables dans les zones non contrôlées par le gouvernement dans le Donbass », a-t-il déclaré.

L’Ukraine sous le feu

Les femmes, les enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes vivant à proximité de la ligne de contact et celles vivant dans les zones non gouvernementales sont actuellement les plus nécessiteuses.

« Ils continuent d’avoir besoin de nourriture, d’abris, de soins de santé, d’eau, d’assainissement et de protection », a déclaré le haut responsable de l’ONU.

Il a brossé un tableau sombre des bombardements sur les centres urbains à travers l’Ukraine et des rapports non confirmés de victimes humaines et de dommages aux infrastructures résidentielles, exprimant une extrême inquiétude quant à l’impact de l’escalade en cours.

« Nous sommes préoccupés par les informations faisant état de mouvements de population… fuyant en quête de sécurité et de protection», a poursuivi M. Griffiths, précisant que des centaines de milliers de personnes sont « en déplacement en Ukraine et hors d’Ukraine, au moment où nous parlons ».

L’ONU reste en Ukraine

Le coordinateur d’urgence des Nations Unies a fait écho au Secrétaire général en soulignant que les humanitaires des Nations Unies sont déterminés à poursuivre et à étendre leur présence.

« Nous ne sommes pas partis. Nous ne quittons pas l’Ukraine», a-t-il précisé.

Alors que les gens là-bas sont « enfermés », M. Griffiths a déclaré que l’ONU intensifie ses efforts pour aider à répondre aux besoins des personnes touchées, « et nous le faisons depuis quelques semaines ».

Et à cette phase alarmante d’escalade, il a signalé que la sûreté et la sécurité de tout le personnel de l’ONU et de leurs personnes à charge est une priorité absolue.

« Nous facilitons actuellement la relocalisation temporaire du personnel non essentiel de l’ONU et des membres éligibles de la famille en Ukraine », a déclaré le Coordonnateur des urgences.

Dans les prochains jours, nous lancerons deux appels d’urgence coordonnés en réponse aux besoins humanitaires croissants de l’Ukraine – y compris l’augmentation des déplacements internes – et aux besoins des personnes cherchant refuge dans les pays voisins de l’Ukraine. 1/2https://t.co/TrfUBw2rPx

– Martin Griffiths (@UNReliefChief) 25 février 2022

Entre-temps, le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OHCHA) a mis en place un centre d’opérations inter-agences à Genève et lancera un appel.

Il réunira les besoins de la région en dehors de l’Ukraine, sous la direction du Haut Commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi, ainsi que ceux de l’intérieur du pays.

Allocation de 20 millions de dollars

Passant à l’annonce du chef de l’ONU jeudi que 20 millions de dollars seraient débloqués du Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) pour augmenter une réponse immédiate, M. Griffiths a attesté qu’il était impératif, compte tenu de l’ampleur des besoins dans ces « circonstances très, très extraordinaires .”

« Dans les prochains jours, nous lancerons deux appels d’urgence coordonnés en réponse aux besoins humanitaires croissants de l’Ukraine – y compris l’augmentation des déplacements internes – et aux besoins des personnes cherchant refuge dans les pays voisins de l’Ukraine. »

Il a expliqué que les donateurs étaient nécessaires pour mobiliser les ressources financières, qui seront décrites dans quelques jours.

La sécurité humanitaire d’abord

Le point le plus important, a poursuivi M. Griffiths, est la sécurité des travailleurs humanitaires de l’ONU et le fait que les partenaires humanitaires aient « un accès sûr et sans entrave aux zones touchées par le conflit ».

« Comme toujours, notre réponse humanitaire est guidée par l’humanité, la neutralité, l’indépendance opérationnelle et l’impartialité« , a-t-il souligné.

En conclusion, le haut responsable de l’ONU a rappelé que 50 % du blé utilisé par le Programme alimentaire mondial (PAM) provient d’Ukraine, ce qui montre que les effets de la crise « se prolongent devant nous, et nous devons encore voir où ça conduira ».

articles similaires

Toute l'actualité