António Guterres condamne fermement l’arrestation du personnel de l’ONU en République centrafricaine |

La gendarmerie locale a arrêté le personnel lundi alors qu’il escortait un officier supérieur de la mission, connue sous l’acronyme français MINUSCA.

L’incident s’est produit à l’aéroport et les personnes arrêtées étaient des casques bleus français, selon les médias internationaux.

Procédure non suivie

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que le Secrétaire général avait fermement condamné leur arrestation.

Le chef de l’ONU a souligné que le personnel de la MINUSCA « jouit des privilèges et immunités qui sont détenus dans l’intérêt des Nations Unies », a-t-il déclaré, conformément à l’accord sur le statut des forces de 2014 entre l’Organisation et le gouvernement de la RCA.

« Le Secrétaire général rappelle que l’Accord sur le statut des forces de 2014 établit une procédure spécifique dans les cas où des membres de la MINUSCA sont soupçonnés, par les autorités de la République centrafricaine, d’avoir commis une infraction », a-t-il ajouté. « Le Secrétaire général note que cette procédure n’a pas été suivie dans le cas présent. »

Le Secrétaire général a appelé le gouvernement centrafricain à respecter toutes ses obligations en vertu du droit international, y compris l’Accord sur le statut des forces, et à libérer le personnel de la MINUSCA sans condition et sans délai.

Il a également réaffirmé la solidarité de l’ONU et son soutien continu au pays.

articles similaires

Toute l'actualité