Crise ukrainienne : le chef des affaires politiques de l’ONU appelle à la « retenue maximale » |

« Quoi que l’on pense de la perspective d’une telle confrontation, la réalité est que la situation actuelle est extrêmement dangereuse », a déclaré Rosemary A. DiCarlo, secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, reconnaissant les informations faisant état de nouvelles violations du cessez-le-feu à travers le contact. ligne quelques heures plus tôt, qui, si elle est vérifiée, « ne doit pas être autorisée à s’aggraver ».

Appel à une diplomatie intense

Elle a appelé toutes les parties à faire preuve d’un maximum de retenue.

Certes, les tensions à l’intérieur et autour de l’Ukraine sont plus élevées qu’à n’importe quel moment depuis 2014, a-t-elle déclaré. Les spéculations autour d’un potentiel conflit militaire impliquant la Russie vont bon train.

Malgré des efforts répétés, des pourparlers à la fois au format Normandie Four – un regroupement de l’Allemagne, de la France, de la Fédération de Russie et de l’Ukraine qui se réunit périodiquement depuis l’annexion russe de la Crimée en 2014 – et des discussions menées par le Groupe de contact trilatéral (OSCE, Fédération de Russie, l’Ukraine) qui a produit les accords de Minsk, restent dans l’impasse.

Cependant, « ces problèmes peuvent et doivent être résolus par la diplomatie », a-t-elle souligné.

Photo ONU/Mark Garten

Rosemary DiCarlo (à l’écran), Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, informe la réunion du Conseil de sécurité de la situation en Ukraine.

Accords de Minsk : la voie à suivre

Elle a souligné que les accords de Minsk étaient « le seul cadre approuvé par ce Conseil, dans la résolution 2202 (2015), pour un règlement négocié et pacifique du conflit dans l’est de l’Ukraine », notant néanmoins que « peu, voire pas du tout » de progrès ont été réalisés. à cet égard.

Les accords – également connus sous le nom d’accord de Minsk II, signés en 2015 par des représentants de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la Fédération de Russie, l’Ukraine et les dirigeants de deux régions séparatistes pro-russes – décrivent une série de politiques et des mesures militaires pour régler les combats entre les forces gouvernementales et les séparatistes dans l’est de l’Ukraine.

Démarches urgentes

Mme DiCarlo a également appelé à la pleine utilisation des nombreux mécanismes et cadres régionaux et autres disponibles. Elle s’est félicitée des récents contacts diplomatiques entre chefs d’État, des récentes déclarations donnant la priorité à la poursuite de l’engagement diplomatique et de l’annonce de redéploiements de forces.

Cependant, il reste encore beaucoup à faire, et elle a appelé à des mesures urgentes sur le terrain et à des efforts pour mettre fin à la rhétorique incendiaire, pressant le Conseil de soutenir l’OSCE et sa mission spéciale d’observation en Ukraine, qui doivent bénéficier de conditions sûres et sécurisées.

Solidarité avec le peuple

Pour sa part, elle a déclaré que l’ONU continuait de se tenir aux côtés du peuple ukrainien, exprimant son plein soutien à la souveraineté, à l’indépendance et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues.

Depuis le début de 2022, trois convois humanitaires ont acheminé plus de 140 tonnes d’aide vitale à travers la ligne de contact entre les zones sous contrôle gouvernemental et non gouvernemental de l’Ukraine.

Cependant, pour les habitants des régions de Donetsk et de Louhansk, méfiants envers la guerre, elle a déclaré que l’impact du COVID-19, en plus du conflit, a causé encore plus de souffrances.

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) continue de documenter les victimes civiles et l’impact des hostilités, de surveiller la liberté de mouvement et de recevoir et de signaler les allégations de violations des droits de l’homme. Notant que plus de 14 000 personnes ont déjà perdu la vie dans le conflit, « nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer », a-t-elle déclaré.

Photo ONU/Mark Garten

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Vershinin, préside la réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine.

Signé ‘au canon d’un fusil’

Sergey Vershinin, vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, a déclaré que sept ans se sont écoulés depuis que le Conseil a adopté la résolution 2202 (2015), approuvant à l’unanimité les accords de Minsk.

Cependant, il a déclaré qu’il reste clair que la mise en œuvre de ce paquet ne fait « en aucun cas » partie des plans de l’Ukraine, une rupture désormais ouvertement déclarée par de nombreux responsables ukrainiens, dont certains ont décrit les accords comme ayant été signés « au canon d’un fusil ». ”.

Il a contesté les affirmations selon lesquelles Moscou se soustrait à ses obligations car il n’y a aucune mention de la Fédération de Russie dans les accords de Minsk. En revanche, les obligations de Kiev sont ignorées car elle évite obstinément les négociations directes, ne parvient pas à rétablir les liens économiques entre les deux pays et refuse de prévoir le statut spécial de certaines régions, comme le prévoient les accords.

La position « d’autruche » des collègues occidentaux qui ferment les yeux sur ces abus les amène à la place à chercher des réponses dans le format Normandy Four, qui ne fait que donner plus d’espace à l’Ukraine pour poursuivre ses aventures militaires, a-t-il déclaré.

Photo ONU/Mark Garten

Le secrétaire d’État américain Antony J. Blinken s’adresse à la réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine.

« Un moment de péril »

En réponse, Anthony Blinken, secrétaire d’État des États-Unis, a décrit la mise en œuvre des accords de Minsk comme « un objectif que nous partageons tous » et le cadre principal pour résoudre le conflit dans l’est de l’Ukraine, où aujourd’hui, a-t-il dit, la menace la plus immédiate. est l’agression imminente de Moscou.

« C’est un moment de péril » à la fois pour la vie de millions d’Ukrainiens et pour l’ordre international fondé sur des règles, a-t-il ajouté. « Les principes fondamentaux qui maintiennent la paix et la sécurité – consacrés à la suite de deux guerres mondiales – sont menacés.

Faux prétexte ?

Alors que Moscou prétend retirer une partie des 150 000 soldats massés le long des frontières de l’Ukraine, les renseignements sur le terrain indiquent une attaque imminente, peut-être dans les prochains jours et probablement sous un prétexte fabriqué qui pourrait impliquer une fausse attaque à l’arme chimique ou un attentat à la bombe terroriste. .

« En partageant ce que nous savons avec le monde, nous espérons pouvoir influencer [the] Fédération de Russie à abandonner la voie de la guerre et à choisir une voie différente, tant qu’il est encore temps.

Il a mis Moscou au défi d’annoncer aujourd’hui qu’elle n’envahirait pas l’Ukraine et d’appuyer cette déclaration en renvoyant ses troupes dans leurs casernes et ses diplomates à la table des négociations.

Photo ONU/Evan Schneider

L’ambassadeur Sergiy Kyslytsya de l’Ukraine s’adresse à la réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine.

L’histoire se répète

L’ambassadeur d’Ukraine, Sergiy Kyslytsya – rappelant que la ville de Debaltseve a subi une offensive à part entière des troupes de la Fédération de Russie et de leurs mandataires il y a sept ans – a déclaré ce matin même que le village de Stanytsia Luhanska en Ukraine avait été bombardé à l’arme lourde par les forces occupées territoire du Donbass, endommageant un jardin d’enfants.

Et il y a deux jours, la Douma d’État russe a appelé le président Poutine à reconnaître les parties occupées des régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk comme des soi-disant « républiques populaires de Donetsk et de Louhansk », contrevenant aux engagements de Minsk, a-t-il déclaré aux membres du Conseil.

Il a déclaré que la Fédération de Russie avait le choix : s’engager sur la voie de la désescalade et du dialogue diplomatique, ou faire l’expérience d’une « réponse consolidée décisive de la communauté internationale ».

Alors que l’Ukraine reste attachée à une résolution pacifique par des moyens diplomatiques, il a réaffirmé qu’elle se défendrait en cas d’escalade.

articles similaires

Toute l'actualité