Des défenseurs des droits humains menacés à la frontière polono-biélorusse |

« Je reçois plusieurs rapports de harcèlement de la part de défenseurs des droits humains qui assistent les migrants et documentent les violations des droits humains à leur encontre, à la frontière polono-biélorusse, et je suis profondément préoccupée par cette pratique », a déclaré Mary Lawlor, Rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l’homme.

Mme Lawlor et Irene Khan, Rapporteuse spéciale sur le droit à la liberté d’opinion et d’expression, ont souligné que La Pologne doit enquêter sur toutes les allégations de harcèlement et accorder l’accès aux frontières aux journalistes et aux travailleurs humanitaires afin qu’ils puissent faire leur travail librement et en toute sécurité.

Interprètes intimidés

Un exemple est le cas de Jakub Sypiański, un interprète bénévole assistant les migrants et les demandeurs d’asile, qui aurait été arrêté par des soldats armés alors qu’il rentrait chez lui en novembre dernier.

Les militaires, qui se trouvaient dans un véhicule banalisé, ne se sont pas identifiés ni n’ont expliqué leurs actions.

Ils ont forcé la portière de la voiture, retiré les clés du contact et tenté de tirer M. Sypiański par les jambes.

« La plupart des migrants à la frontière ne parlent pas polonais », a déclaré Mary Lawlor. « Les interprètes jouent un rôle essentiel en veillant à ce que leurs droits humains soient protégés à la frontière et dans les centres de détention pour migrants.”

Comportement « épouvantable »

Au cours de la même période, des soldats armés auraient harcelé des journalistes couvrant l’arrivée de migrants et de demandeurs d’asile.

À l’extérieur d’un camp militaire, des soldats – qui ne se sont pas identifiés – ont arrêté, fouillé et menotté les photojournalistes Maciej Moskwa et Maciej Nabrdalik.

Les militaires ont ensuite fouillé leur équipement, scruté leurs photos et documenté leurs messages téléphoniques et les appels entrants.

Pendant ce temps, les journalistes Olivia Kortas et Christoph Kürbel, ainsi que deux résidents polonais locaux, auraient été harcelés par des soldats lors du tournage d’un documentaire sur la situation des droits humains des migrants à la frontière.

« Rapporte que ces les journalistes sont persécutés pour documenter de telles violations des droits de l’homme sont épouvantables », a déclaré Mme Khan.

Les rapporteurs prennent la parole

L’expert sur le droit à la liberté d’opinion a expliqué que s’ils ne sont pas autorisés à faire leur travail, « il y a des conséquences très graves pour les droits humains des migrants ».

« Leur travail est crucial pour l’accès de chacun à l’information sur la situation qui se déroule à la frontière », a-t-elle déclaré.

Mme Lawlor a rappelé que selon la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’homme, les interprètes, les journalistes, les médecins, les avocats et les autres personnes qui travaillent pacifiquement pour la protection des droits de l’homme ou qui fournissent une aide humanitaire sont des défenseurs des droits de l’homme.

« La Pologne doit garder cela à l’esprit et s’assurer qu’elle est en mesure de mener à bien son travail légitime dans un environnement sûr et propice et avec un accès complet à la zone frontalière », a-t-elle déclaré.

Mentions d’experts

Les experts sont en contact avec les autorités polonaises à ce sujet.

Leur appel à mettre fin aux violations des droits de l’homme a été approuvé par le Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants Felipe González Morales et le Groupe de travail sur la détention arbitraire, composé d’Elina Steinerte (présidente-rapporteuse), Miriam Estrada-Castillo (vice-présidente ), Leigh Toomey, Mumba Malila et Priya Gopalan,

Les rapporteurs spéciaux sont nommés par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, basé à Genève, pour examiner et faire rapport sur un thème spécifique des droits de l’homme ou sur la situation d’un pays. Les postes sont honorifiques et ils ont payé pour leur travail.

articles similaires

Toute l'actualité