La formation offre un moyen de sortir de la pauvreté pour les jeunes victimes du conflit colombien |

Camilo Andrey Vergara est né en 1989 dans une zone rurale d’Antioquia, dans l’ouest de la Colombie. Élevé dans les plantations de café et de cacao, sa jeunesse avec ses parents et ses frères et sœurs a été paisible. Mais le conflit armé a déchiré sa famille, alors qu’il n’était encore qu’un petit enfant.

« Quand j’étais petit, les groupes armés extorquaient et menaçaient les paysans, et recrutaient des enfants », raconte M. Vergara, se remémorant les jours sombres des années 1990, où le trafic de drogue et la violence sévissaient, notamment dans les zones rurales du pays.

« Une nuit, alors que j’avais neuf ans, un groupe armé a fait irruption dans notre maison à deux heures du matin. Ils ont dit à mon père qu’un de ses enfants devait partir avec eux, sinon ils nous tueraient tous. »

« Ils ont essayé de prendre mon frère de 26 ans, Jon Jairo. Mon père a refusé, alors ils ont abattu mon frère, devant nous. Ils ont ensuite essayé de prendre mon autre frère Carlos Mario, qui avait 19 ans. Il a également refusé, et ils l’ont tué aussi ».

Alors que des coups de feu retentissaient chez lui et chez ses voisins, Camilo et les membres restants de sa famille se sont enfuis dans la nuit noire.

Unsplash/BryanBravo

Vue aérienne de Medellin, Colombie.

Seul, dans les rues de Medellin

Le lendemain, le jeune garçon se retrouva seul, et perdu. Il a décidé de marcher jusqu’à Medellin, à la recherche de sa grand-mère. Cela lui a pris deux jours. Cependant, une fois sur place, il s’est rendu compte que, sans numéro de téléphone ni adresse, il serait pratiquement impossible de la retrouver.

Sans autre option et trop jeune pour être considéré pour un emploi, il a fini par vivre dans la rue, faisant des cascades et jonglant pour de la monnaie. Parfois, il passait des jours sans manger et, la nuit, il craignait pour sa vie. « J’ai été battu et menacé avec des armes. Ma plus grande peur était d’être attrapée et abusée sexuellement. La rue, c’est un autre monde », résume-t-il, ne voulant pas trop rentrer dans les détails.

Finalement, M. Vergara a retrouvé sa grand-mère, mais sa joie de la retrouver a été de courte durée : elle vivait avec ses oncles, qui vendaient de la drogue à la maison.

Refusant de se laisser entraîner dans leurs activités criminelles, il a décidé de ne pas vivre avec eux et, à la place, a trouvé un autre endroit où vivre, faisant ce qui était en son pouvoir pour survivre. Avec le temps, il a réussi à retourner à l’école, à s’entraîner comme gymnaste et à gagner des bourses d’études et, lorsqu’il était assez âgé, a même pu rejoindre la police, laissant espérer qu’il pourrait jouer un rôle dans la justice dans un pays. toujours en proie à la violence, et retrouver sa famille, dont il n’a plus entendu parler depuis le meurtre de son père et de ses frères.

Dans ces deux buts, cependant, il n’a pas réussi : vivant en tant que policier dans l’un des quartiers les plus violents de Medellin, il s’est retrouvé dans le collimateur de gangs qui voulaient sa mort, et n’a pas pu recueillir la moindre information sur le sort de sa famille. Au bout d’un an et demi, il quitte la force, désabusé, et s’installe à Betulia pour enseigner la gymnastique aux jeunes enfants.

« Un drame nous avait séparés et un drame nous a rapprochés »

En 2015, une coulée de boue mortelle a frappé Salgar, une municipalité située à 30 km de Betulia. Plus de quatre-vingts personnes sont mortes, des dizaines de maisons ont disparu et des centaines d’habitants ont dû fuir la région. L’événement a choqué le pays et des milliers de volontaires ont proposé de se rendre à Salgar, dont M. Vergara.

Camilo Andreï Vergara

Camilo Andrey Vergara Restrepo

Camilo Andrey Vergara Restrepo, par Camilo Andrey Vergara

S’occupant de familles affamées et effrayées qui avaient tout perdu, il a vu des visages familiers : ses parents et un frère restant, sa sœur cadette. « Un drame nous avait séparés, et un drame nous a réunis à nouveau », raconte-t-il.

C’était la première fois qu’il les voyait depuis 15 ans. « C’était très dur d’entendre qu’ils ne m’avaient pas cherché, car ils pensaient que soit j’étais mort le jour où mes frères ont été tués, soit que la guérilla m’avait recruté ».

Bien qu’il soit ravi d’être réuni après si longtemps, il a assumé une énorme responsabilité : soutenir toute la famille, dont les moyens de subsistance avaient été emportés par la coulée de boue.

Avec seulement une éducation de base, il a pris tous les emplois qu’il pouvait, travaillant comme nettoyeur, jardinier et, la nuit, agent de sécurité dans un centre commercial. Le stress de travailler autant d’emplois et de dormir seulement quatre à cinq heures par nuit lui a fait perdre 15 kilos et sa santé en a souffert.

Formation pour l’avenir

Enfin, en 2020, la vie de M. Vergara a commencé à changer. Le Service national d’apprentissage de Colombie (SENA) a remporté un appel d’offres auprès de l’Organisation internationale du travail (OIT) pour offrir un programme d’enseignement technique appelé « Formation pour l’avenir », afin d’aider les victimes du conflit armé à acquérir les qualifications nécessaires pour entrer dans l’enseignement technique. environnement de travail.

Grâce au programme, il a pu obtenir un diplôme pour travailler dans une entreprise fournissant des services Internet et téléphoniques, un travail qui impliquait certaines des compétences physiques et acrobatiques qu’il avait utilisées dans la rue lorsqu’il était enfant.

« C’était l’opportunité que j’attendais depuis des années », dit-il. « Après tout ce que j’avais vécu, y compris vivre dans la rue, devoir mendier, cela semblait être un rêve ».

En plus de fournir à M. Vergara une formation professionnelle, ‘Training for the Future lui fournit un soutien psychosocial et d’autres formes de soutien. À ce jour, le programme a bénéficié à plus de 1770 victimes du conflit, dans 27 villes à travers le pays.

Après avoir obtenu son diplôme, en octobre 2021, M. Vergara a reçu une offre d’emploi en tant que technicien, où il reçoit un salaire correspondant à ses qualifications, avec des options pour évoluer professionnellement.

M. Vergara dit qu’il veut continuer ses études et espère aller à l’université. « J’ai appris que, dans la vie, les choses matérielles peuvent vous être enlevées, mais pas les connaissances », dit-il, ajoutant que, selon lui, l’éducation est la clé pour réduire la violence qui est toujours présente en Colombie.

« Si nous voulons avancer et avoir un avenir en tant que pays, la première chose à laquelle nous devons penser est l’éducation. Un pays sans culture ni éducation est un pays sans vision, un pays qui vivra de lutte et de combat. »

articles similaires

Toute l'actualité