La stabilité de la Libye doit être la « priorité absolue », exhorte António Guterres |

Dans une déclaration publiée vendredi par son porte-parole, le secrétaire général António Guterres a appelé « toutes les parties à continuer de préserver la stabilité en Libye en tant que priorité absolue.

Il a déclaré avoir pris note du vote effectué jeudi par la Chambre des représentants, basée dans l’est du pays, pour désigner un nouveau Premier ministre.

Selon des informations, les parlementaires ont voté pour la mise en place d’un nouveau gouvernement intérimaire, malgré les objections du Premier ministre internationalement reconnu, Abdul Hamid Dbeiba, qui a déclaré qu’il ne démissionnerait pas, qualifiant la décision d’illégitime.

Le développement pourrait une fois de plus voir deux administrations rivales se disputer l’autorité globale, avec le gouvernement et les institutions soutenus par l’ONU basés dans la capitale Tripoli, tandis qu’une nouvelle autorité soutenue par le parlement s’établit sous la direction de l’ancien ministre de l’Intérieur, Fathi Bashagha.

La Libye, riche en pétrole, est devenue des factions rivales et un conflit sanglant après le renversement du dirigeant de longue date Mouammar Kadhafi, en 2011.

Les négociations négociées sous l’égide de l’ONU en vue d’une paix durable et d’une nouvelle constitution démocratique ont enregistré il y a un an des progrès majeurs vers l’unification du pays grâce au Forum de dialogue politique libyen inclusif et dirigé par l’ONU.

Recul des élections

Les acquis démocratiques devaient être consolidés par des élections présidentielles et législatives dont les premières étapes ont été repoussées à la fin de l’année dernière, sans qu’une nouvelle date ne soit fixée.

La déclaration de M. Guterres indique qu’il a également pris note de l’adoption d’un amendement constitutionnel par les parlementaires, qui « trace la voie » pour la révision du projet constitutionnel de 2017, sur lequel il n’y a pas eu de consensus.

« Le Secrétaire général appelle toutes les parties et institutions à continuer de veiller à ce que ces décisions cruciales soient prises de manière transparente et consensuelle», ajoute le communiqué.

« Il rappelle à toutes les institutions l’objectif premier d’organiser des élections nationales dans les plus brefs délais afin de garantir le respect de la volonté politique des 2,8 millions de citoyens libyens qui se sont inscrits sur les listes électorales..”

articles similaires

Toute l'actualité