Les élèves retournent à l’école haïtienne trois ans après l’attaque d’un gang |

Les élèves de la capitale haïtienne de Port-au-Prince s’habituent à être de retour en classe après que la violence des gangs ait fermé leur école pendant trois ans.

Le Lycée National de La Saline, qui a rouvert ses portes en janvier, est situé dans l’un des quartiers les plus pauvres, les plus troublés et les plus défavorisés de Port-au-Prince. Quelque 5000 personnes vivent à La Saline.

Il a fermé après que cinq gangs armés ont attaqué le quartier les 13 et 14 novembre 2018, faisant 26 morts. La plus jeune victime n’avait que 10 mois et la plus âgée 72 ans. Dans un rapport sur l’incident, les Nations Unies ont également déclaré qu’il y avait eu deux cas de viol collectif.

Selon le rapport, les habitants de La Saline auraient été « prétendument ciblés pour leur affiliation supposée à des gangs armés rivaux ».

L’école a été fermée à la suite de cette attaque.

L’éducation pour changer le monde

Selina Apollon est maintenant de retour à l’école mais se souvient des deux jours d’attaques en 2018.

« C’était une tuerie. J’avais très peur, tout le monde avait peur. Heureusement, je n’ai perdu aucune famille d’amis », a-t-elle déclaré.

Selina fait partie des enfants qui ont pu s’inscrire dans une nouvelle école, même si pour beaucoup cela impliquait de longs trajets quotidiens. D’autres sont restés à la maison pendant les trois années – incapables de poursuivre leurs études.

« Je voulais continuer à étudier, car sans éducation, je ne peux pas réussir dans la vie », a déclaré le jeune étudiant.

Aujourd’hui, Selina retrouve tous ses anciens camarades de classe, dont Jean Félix Jean qui est le président du conseil étudiant.

« Notre école est située dans un quartier défavorisé, voire difficile, mais malgré tout ce que nous avons vécu, nous nous rendons compte que nous sommes les acteurs du changement. L’éducation est la chose la plus puissante dont nous disposons pour changer le monde, nous comprenons donc que nous devons travailler dur et continuer à l’université.

Selina et Félix, tous deux passionnés par leur éducation, ont pu défendre tous les écoliers d’Haïti lorsqu’ils ont rencontré la secrétaire générale adjointe de l’ONU, Amina Mohammed, qui a récemment visité le Lycée National de La Saline.

« Ma question à Madame Amina est de savoir comment peut-elle soutenir notre communauté afin que nous puissions terminer nos études et poursuivre nos études universitaires », a déclaré Selina Apollon.

L’ONU soutient la réouverture d’écoles comme le Lycée National de La Saline.

Accueillie par la fanfare étudiante, la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies a visité l’école qui avait reçu une nouvelle couche de peinture et une nouvelle peinture murale l’accueillant dans l’enceinte. Elle a accueilli les élèves dans leurs salles de classe et avait ce message pour eux.

« Vous avez une énorme opportunité d’obtenir une éducation ; vous êtes l’avenir d’Haïti », a-t-elle déclaré. « Certains d’entre vous veulent être médecins ou infirmiers. Vous pouvez être tout ce que vous voulez avec une bonne éducation et cela commence dans cette école.

Les Nations Unies travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement pour améliorer l’accès à une éducation gratuite et à un apprentissage de qualité afin de s’assurer que davantage d’enfants dans les quartiers les plus vulnérables de Port-au-Prince et d’Haïti puissent aller à l’école.

« Vous avez une grande responsabilité », a déclaré Mme Mohammed aux étudiants, « parce que tout le monde n’est pas à l’école, vous êtes donc privilégiés. Vous devez montrer à vos communautés qu’aller à l’école mène au développement, au progrès.

L’ONU estime que plus de 200 écoles ont fermé sous la pression des gangs alors que la violence se poursuit à Port-au-Prince.

Selina Apollon

Panneau accueillant la sous-secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed.

Un signe de bienvenue pour le vice-secrétaire général de l’ONU

Plus les enfants restent longtemps en dehors de l’école, plus il est probable que les garçons finissent par rejoindre des gangs et que les filles tombent enceintes. Et le travail des enfants, les abus sexuels ou la violence peuvent également augmenter.

Le ministère de l’Éducation fait pression pour que davantage d’écoles ouvrent, afin que des élèves comme Selina et Felix puissent recevoir l’éducation qu’ils méritent.

Selina Apollon entend bien profiter de sa scolarité car un jour, elle dit vouloir devenir secrétaire du président d’Haïti. Mais par-dessus tout, elle dit qu’elle veut être un « modèle pour tous les jeunes Haïtiens » et quelqu’un qui peut aider son pays à se développer de manière positive.

Cela correspond parfaitement au message qu’Amina Mohammed a partagé avec les étudiants de La Saline pour réaliser leur potentiel et tirer le meilleur parti de leurs positions privilégiées.

articles similaires

Toute l'actualité