L’ONU en Irak appelle au dialogue après l’attaque ; pertes civiles rapportées |

Selon des informations, des avions de guerre turcs ont frappé tôt mercredi des positions présumées d’insurgés kurdes en Irak et en Syrie, tuant au moins quatre personnes.

Dans un communiqué, le ministère turc de la Défense a déclaré que l’objectif de la nouvelle offensive aérienne était de protéger les frontières de la Turquie des « menaces terroristes ».

Dans un post sur Twitter, la MANUI a réaffirmé que « les populations locales doivent être protégées » et «les différends doivent être réglés par le dialogue et la coopération.”

À la suite des frappes aériennes à Ninive qui ont fait des victimes civiles, nous réaffirmons que la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Irak doivent être respectées à tout moment. Les populations locales doivent être protégées, les différends doivent être réglés par le dialogue et la coopération.

– MANUI (@UNIraq) 2 février 2022

Explosifs au sol

Entre-temps, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a déclaré mercredi que quatre enfants – trois garçons et une fille – sont morts et deux ont été mutilés au cours de la semaine dernière, à cause d’engins explosifs laissés par les combattants.

Les incidents se sont produits dans la province de Babel et dans la capitale, Bagdad, alors que des enfants accomplissaient simplement des tâches quotidiennes, comme ramasser du bois.

Selon l’agence, il ne s’agit pas d’incidents isolés.

Au cours de l’année dernière, 125 enfants ont été tués ou mutilés par des restes explosifs de guerre (REG) et des munitions non explosées; 52 ont perdu la vie et 73 ont été grièvement blessés.

L’UNICEF affirme que des efforts plus importants sont nécessaires pour réduire les dommages qu’ils causent, en particulier aux garçons curieux, car le nombre d’enfants victimes a augmenté de 67 % par rapport à l’année précédente.

Plus d’efforts

Un jeune garçon se souvient du bruit des obus et des bombardements qui ont endommagé sa maison pendant la guerre à Mossoul, en Irak., par © UNICEF/Anmar

Dans un communiqué, le représentant de l’agence dans le pays, Sheema SenGupta, a rappelé à toutes les parties prenantes que la sécurité des enfants doit toujours rester la considération primordiale.

« Les restes explosifs de guerre continuent d’être la principale cause des victimes civiles, les enfants étant particulièrement vulnérables – leur petite taille les rend plus susceptibles de recevoir le plein impact de l’explosion, ce qui la rend encore plus meurtrière », a-t-elle expliqué.

L’UNICEF continue de fournir une assistance aux victimes, de fournir des services d’orientation vers un traitement médical et un soutien psychosocial en cas de besoin.

L’agence exhorte toutes les parties à éliminer les mines existantes et les munitions non explosées et à promouvoir l’assistance aux victimes.

L’UNICEF exhorte également le gouvernement national et les donateurs à soutenir les activités d’éducation aux risques liés aux engins explosifs, afin que les enfants et les membres de la communauté dans les zones précédemment touchées par le conflit reçoivent des informations sur la manière de se protéger.

articles similaires

Toute l'actualité