RPD de Corée. Le chef de l’ONU condamne le lancement d’un missile comme une « violation manifeste » |

« Il s’agit d’une rupture du moratoire annoncé par la RPDC en 2018 sur les lancements de cette nature et d’une violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité», a-t-il déclaré dans un communiqué publié par son porte-parole adjoint, Farhan Haq.

Le Secrétaire général @antonioguterres condamne le possible lancement de missiles balistiques à portée intermédiaire par la RPD de Corée, notant qu’il est très préoccupant que le pays ait de nouveau ignoré toute considération pour les vols internationaux ou la sécurité maritime. https://t.co/ov1LBaMXtu

– Porte-parole de l’ONU (@UN_Spokesperson) 1er février 2022

Le chef de l’ONU a affirmé qu’il est « très préoccupant » que la RPDC – plus communément appelée Corée du Nord – ait de nouveau ignoré toute considération pour la sécurité des vols internationaux ou de la navigation, puisque le missile aurait volé à travers le pays et dans la mer de la côte est.

Et il a exhorté le pays à «s’abstenir de prendre d’autres mesures contre-productives et appelle toutes les parties à rechercher une solution diplomatique pacifique ».

Lancements multiples cette année

La déclaration de M. Guterres est intervenue en réponse au dernier lancement de dimanche et a été confirmée par la Corée du Nord comme étant un missile balistique à portée intermédiaire. Les reportages indiquent que les données de vol suggèrent qu’il s’agissait du lancement le plus puissant du régime depuis novembre 2017.

Il s’agit du septième test de missile effectué cette année par la Corée du Nord et du sixième test de missile balistique, selon des informations.

Plus tôt la semaine dernière, deux missiles balistiques à courte portée auraient été tirés dans la mer de la côte est, et ce que l’on croyait être des missiles de croisière, ont été tirés dans les mêmes eaux quelques jours plus tôt.

Début janvier, la RPDC a affirmé avoir testé avec succès deux missiles hypersoniques, puis un autre depuis un wagon, le 14 janvier.

Les résolutions du Conseil de sécurité interdisent la mise au point de tous les missiles balistiques et armes nucléaires.

articles similaires

Toute l'actualité