Ukraine : « Ne manquez pas la cause de la paix », exhorte António Guterres |

« Je suis profondément préoccupé par les tensions accrues et les spéculations accrues sur un conflit militaire potentiel en Europe », a déclaré António Guterres aux journalistes, dans un communiqué au siège de l’ONU à New York.

Alors que les puissances occidentales et le gouvernement ukrainien s’inquiètent de plus en plus de la probabilité d’une invasion russe, ce que Moscou a démenti à plusieurs reprises, le chef de l’ONU a déclaré que « le prix en souffrances humaines, en destruction et en dommages à la sécurité européenne et mondiale est trop élevé ». Contempler. »

« Plonger au-dessus d’une falaise »

« Je resterai pleinement engagé dans les heures et les jours à venir. Je viens de m’entretenir ce matin avec les ministres des Affaires étrangères de la Fédération de Russie et de l’Ukraine », a-t-il ajouté, affirmant que « l’abandon de la diplomatie pour la confrontation n’est pas un pas au-dessus d’une ligne, c’est un plongeon par-dessus une falaise ».

« En bref, mon appel est celui-ci : ne manquez pas la cause de la paix », a déclaré M. Guterres, à l’issue d’une réunion informelle avec les ambassadeurs du Conseil de sécurité, où la Russie siège en tant que membre permanent, aux côtés des États-Unis, de la Chine, France, et Royaume-Uni.

Selon les dépêches, il y a eu une activité diplomatique intense tout au long de la journée, les dirigeants du Royaume-Uni et des États-Unis convenant qu’une « fenêtre pour la diplomatie » reste ouverte.

Le ministre russe des Affaires étrangères aurait déclaré au président russe Vladimir Poutine qu’il y avait encore de la place pour une désescalade diplomatique, tandis que le président ukrainien a déclaré que mercredi serait une « Journée de l’unité » nationale.

« Il faut faire plus »

« Je salue la récente vague de contacts et d’engagements diplomatiques, y compris entre chefs d’État », a déclaré M. Guterres : « Mais il reste encore beaucoup à faire, et j’attends de tous qu’ils intensifient ces efforts, notant que le monde « ne peut tout simplement pas accepter même la possibilité d’une confrontation aussi désastreuse.

« Tous les problèmes – y compris les plus insolubles – peuvent et doivent être abordés et résolus dans des cadres diplomatiques. Je suis fermement convaincu que ce principe prévaudra.

M. Guterres a déclaré que l’équipe de pays des Nations Unies restait « pleinement opérationnelle » en Ukraine, tandis que le Secrétaire général avait « le devoir d’appeler au plein respect de la Charte des Nations Unies, un pilier fondamental du droit international », qui stipule clairement que « Tous les Membres régleront leurs différends internationaux par des moyens pacifiques de telle manière que la paix et la sécurité internationales, ainsi que la justice, ne soient pas mises en danger. »

Il a déclaré que le moment était venu « de désamorcer les tensions et de désamorcer les actions sur le terrain. Il n’y a pas de place pour la rhétorique incendiaire. Les déclarations publiques doivent viser à réduire les tensions, et non à les exacerber. »

articles similaires

Toute l'actualité