Attaquer des bébés est « un acte d’une cruauté inadmissible » : de hauts responsables de l’ONU appellent à mettre fin aux attaques contre les soins de santé en Ukraine |

« Aujourd’hui, nous appelons à la cessation immédiate de toutes les attaques contre les soins de santé en Ukraine. Ces attaques horribles tuent et blessent gravement des patients et des agents de santé, détruisent des infrastructures de santé vitales et obligent des milliers de personnes à renoncer à accéder aux services de santé malgré des besoins catastrophiques », ont déclaré les chefs de l’UNICEF, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’ONU Population Found (UNFPA) a déclaré dans un communiqué conjoint publié dimanche.

Les dirigeants des agences ont déclaré que pour attaquer les plus vulnérables – les bébés, les enfants, les femmes enceintes et les personnes souffrant de maladies et de maladies, ainsi que les agents de santé risquant leur sécurité pour sauver des vies – est « un acte de cruauté inadmissible ».

© UNICEF/Oleksandr Ratushniak

Le 3 mars 2022, une femme est assise à côté de la civière de son fils, qui reçoit des soins depuis trois semaines dans un hôpital de Kiev, en Ukraine.

Les besoins de santé augmentent

Plus de 4 300 naissances ont eu lieu en Ukraine depuis le début de la guerre et 80 000 Ukrainiennes devraient accoucher dans les trois prochains mois tandis que l’oxygène et les fournitures médicales, y compris pour la gestion des complications de la grossesse, s’épuisent dangereusement.

« Le système de santé en Ukraine est clairement mis à rude épreuve, et son effondrement serait une catastrophe. Tous les efforts doivent être faits pour empêcher que cela ne se produise… Le droit international humanitaire et les droits de l’homme doivent être respectés, et la protection des civils doit être notre priorité absolue », ont averti les hauts responsables de l’ONU.

Ils ont ajouté qu’il est également essentiel que les partenaires humanitaires et les agents de santé soient en mesure de maintenir et de renforcer en toute sécurité la prestation des services de santé essentiels, y compris la vaccination contre le COVID-19 et la poliomyélite, et la fourniture de médicaments vitaux aux civils à travers l’Ukraine ainsi que aux réfugiés qui traversent les pays voisins.

« L’UNICEF, le FNUAP et l’OMS travaillent avec des partenaires pour intensifier les services vitaux et le soutien afin de répondre aux besoins sanitaires urgents. Nous devons être en mesure de livrer en toute sécurité des fournitures médicales d’urgence – y compris celles nécessaires aux soins obstétricaux et néonatals – aux centres de santé, aux installations temporaires et aux abris souterrains », ont souligné les agences.

Le Dr Natalia Kanem (UNFPA), le Dr Tedros Adhanom Gebreyesus (OMS) et Mme Catherine Russell (UNICEF) ont également appelé à un « cessez-le-feu immédiat » avec un accès sans entrave à l’aide humanitaire.

« Une résolution pacifique pour mettre fin à la guerre en Ukraine est possible», ont-ils insisté.

© UNICEF/Tom Remp

Le 5 mars 2022, des enfants et des familles arrivent à Berdyszcze, en Pologne, après avoir traversé la frontière ukrainienne, fuyant l’escalade du conflit.

Les décès et les blessés ne cessent d’augmenter

Le bilan civil de la guerre en Ukraine ne cesse d’augmenter. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a documenté 1 663 victimes civiles dans le pays : 596 tués et 1 067 blessés (du 24 février au 12 mars).

La plupart des victimes civiles ont été causées par des armes explosives à large zone d’impact, y compris les bombardements de l’artillerie lourde et des systèmes de lance-roquettes multiples, ainsi que les missiles et les frappes aériennes.

L’agence estime que les chiffres réels sont considérablement plus élevés, en particulier dans les territoires contrôlés par le gouvernement et surtout ces derniers jours, car la réception d’informations provenant de certains endroits où des hostilités intenses se sont déroulées a été retardée et de nombreux rapports sont toujours en attente de confirmation.

« Cela concerne, par exemple, Izium (région de Kharkiv), et Marioupol et Volnovakha (région de Donetsk) où il y a des allégations de centaines de victimes civiles. Ces chiffres sont en train d’être corroborés et ne sont pas inclus dans les statistiques ci-dessus », explique le HCDH.

Dans son dernier rapport, le Bureau a pris note du rapport du Bureau du Procureur général d’Ukraine, selon lequel, à 9 heures (heure locale) le 13 mars, 85 enfants avaient été tués et plus de 100 blessés.

Ils ont également confirmé avoir reçu le rapport du chef du département d’enquête de la police nationale de la région de Kharkiv, selon lequel à 18 heures (heure locale) le 12 mars, 205 civils avaient été tués dans la région.

© Mariia Shostak via UNFPA

Le petit fils de Mariia Shostak, Arthur, dans le sous-sol d’une maternité à Kiev, où Mariia et d’autres nouvelles mères et leurs familles ont trouvé refuge.

Les besoins augmentent également

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), les coûts humains et socio-économiques des hostilités en cours en Ukraine continuent d’augmenter.

Des évacuations à plus grande échelle se poursuivent dans certaines parties de l’est et du nord de l’Ukrainebien qu’ils aient été retardés à plusieurs reprises en raison d’hostilités actives dans certaines des zones les plus durement touchées, comme Marioupol (oblast de Donetska, est).

Dans le même temps, l’acheminement de l’aide humanitaire vitale continue d’être intensifié, atteignant plus de 600 000 personnes touchées par le conflit dont les besoins continuent d’augmenter d’heure en heure.

articles similaires

Toute l'actualité