Guerre d’Ukraine : Montée en flèche des prix alimentaires au Moyen-Orient, alors que la lassitude des donateurs se fait sentir, selon le Conseil de sécurité |

António Guterres a lancé l’avertissement lors d’une réunion sur l’élargissement de la coopération entre l’ONU et les 22 membres de la Ligue des États arabes, les ambassadeurs adoptant une déclaration présidentielle louant ce partenariat de plus en plus critique.

« Défis en cascade »

Evoquant les différents conflits et points chauds humanitaires dans la région, M. Guterres a décrit le travail de l’ONU – en partenariat avec la Ligue – dans des pays allant du Liban à la Syrie, en passant par la Somalie.

« Nous restons unis dans notre recherche de réponses multilatérales aux défis en cascade auxquels le monde arabe et au-delà sont confrontés », a-t-il déclaré, soulignant les nouveaux troubles politiques en Libye, le processus de paix israélo-palestinien au point mort et la grave crise humanitaire qui touche encore des dizaines de millions de personnes. de personnes au Yémen.

De plus, les répercussions de l’invasion de son voisin par la Russie se font déjà sentir, car de nombreux pays de la région importent au moins la moitié de leur blé de la Fédération de Russie ou de l’Ukraine.

Les chaînes d’approvisionnement ont été gravement perturbées, les prix des denrées alimentaires, du carburant et des engrais ayant grimpé en flèche.

« De plus, nous voyons des preuves évidentes que cette guerre épuise les ressources et l’attention d’autres points chauds qui en ont désespérément besoin », a déclaré le chef de l’ONU.

Souffrance au Yémen, risque en Libye

Avertissant que la détérioration des conditions frappe plus durement les pauvres, M. Guterres a également souligné que le désespoir et la négligence pourraient « semer les graines de l’instabilité politique et des troubles dans le monde ».

Lors d’une conférence sur le financement humanitaire la semaine dernière, il a été profondément déçu que l’appel à l’aide de l’ONU ait reçu moins d’un tiers des fonds promis si urgents.

« Je ne peux pas exagérer la gravité des souffrances du peuple yéménite », a-t-il déclaré, notant que 20 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire et d’une protection vitales, appelant à la générosité des membres des pays partenaires, en particulier ceux de la région, dans ce sens. qui concerne.

Passant à la situation en Libye, il a salué l’engagement de la Ligue à aider à préserver l’unité et la stabilité durement acquises depuis la signature d’un accord de cessez-le-feu crucial en octobre 2020, et a exhorté ses membres à continuer de donner la priorité à un accord sur un processus politique global vers une nouvelle constitution en temps de paix.

© HCR/Diego Ibarra Sánchez

Après la tempête Norma, des conditions hivernales extrêmes affectent les réfugiés syriens au Liban.

Les Syriens « se sentent abandonnés »

Dans toute la région, d’autres situations à l’ordre du jour de l’ONU vont des défis économiques au Liban à la transition politique en cours au Soudan, en passant par le conflit languissant en Syrie, qui célèbre ce mois-ci son onzième anniversaire.

M. Guterres a déclaré au Conseil que l’ONU et la Ligue des États arabes étaient unies pour soutenir le peuple syrien, « qui se sent abandonné par le monde » alors que plus d’une décennie de guerre a laissé le pays en ruines.

La seule façon de sortir de cette impasse passe par un processus politique crédible qui forge une paix durable et permette à tous les Syriens de se faire entendre, a-t-il souligné.

En outre, le chef de l’ONU a souligné la nécessité de rester déterminé à trouver une voie pour que le processus de paix s’épanouisse entre Israéliens et Palestiniens et à mettre fin à l’occupation de longue date d’Israël.

Coopération élargie

M. Guterres, qui a été rejoint pour informer le Conseil par le secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit, et un représentant de la société civile des jeunes, a salué la coopération croissante entre l’ONU et la Ligue dans la recherche de solutions pacifiques à toutes les crises dans la région. .

En particulier, il a mis en lumière les réunions régulières entre les responsables de la Ligue et les envoyés spéciaux de l’ONU, ainsi que l’ouverture en 2019 d’un bureau de liaison de l’ONU auprès de la Ligue des États arabes au Caire, en Égypte.

La coopération est axée, entre autres, sur l’engagement des femmes et des jeunes, ainsi que sur la prévention des conflits et le désarmement.

Les estimations démographiques actuelles de l’ONU indiquent qu’une majorité de la population du monde arabe, 54 %, a moins de 25 ans.

articles similaires

Toute l'actualité