Le Wennesland condamne le meurtre de 4 civils israéliens, alors que le Conseil de sécurité apprend que « peu de progrès » sont réalisés sur les colonies |

La résolution de 2016 décrit les colonies israéliennes sur le territoire palestinien occupé, selon les frontières de 1967, qui comprend Jérusalem-Est, comme une violation flagrante du droit international et un obstacle à toute future solution à deux États.

« Aucune justification » pour les actes de terreur

Je condamne fermement le meurtre de 4 civils israéliens qui a eu lieu ce soir par un Arabe israélien à Beer Sheva. Mes sincères condoléances aux familles des victimes. Rien ne justifie la violence ou le terrorisme. Elle doit être condamnée par tous.
Ma déclaration complète ? : pic.twitter.com/dPUClNUEaJ

– Tor Wennesland (@TWennesland) 22 mars 2022

La réunion a coïncidé avec le meurtre de quatre civils israéliens – dont deux femmes – lors d’une attaque à l’arme blanche par un Arabe israélien à Beer Sheva dans le sud d’Israël, événements que M. Wennesland a « fermement condamnés » dans une déclaration connexe.

« Rien ne justifie la violence ou le terrorisme », a souligné le Coordonnateur spécial dans sa déclaration. « Il n’y a rien d’héroïque dans le meurtre de civils et il n’y a aucune excuse pour louer de tels actes ». Ils doivent être condamnés par tous.

Soulignant qu’il s’agit de la septième attaque au couteau contre des Israéliens ce mois-ci, il a déclaré que ces incidents tragiques ne font que souligner le besoin urgent pour tous les dirigeants de travailler ensemble contre la spirale de la violence.

Profession enracinée

Au cours de son exposé au Conseil, M. Wennesland a souligné que l’expansion des colonies israéliennes était un moteur de la violence dans le territoire palestinien occupé, renforçant encore l’occupation et sapant le droit des Palestiniens à l’autodétermination et à la création d’un État indépendant.

Présentant le vingt et unième rapport sur la résolution 2334 (2016), qui couvre la période du 10 décembre au 18 mars, le Coordonnateur spécial a noté que 670 000 citoyens israéliens résident actuellement dans plus de 130 colonies illégales et plus de 100 avant-postes en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est.

Certes, « les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est, n’ont aucune validité juridique », a-t-il expliqué.

Expansion de la colonie

Dans ce contexte, M. Wennesland a noté que le 5 janvier, Israël avait publié des appels d’offres pour 300 logements dans les colonies dans le quartier de Talpiyot Est à Jérusalem-Est, le Comité de planification du district de Jérusalem ayant ensuite avancé des plans pour construire respectivement 800 et 400 logements dans l’Est. Colonie de Jérusalem de Gilo.

En outre, il a déclaré que le procureur général d’Israël avait publié le 1er février un avis juridique autorisant les autorités à déclarer les terres de l’avant-poste d’Evyatar comme « terres d’État » et autorisant des procédures de planification accélérées pour l’établissement d’une colonie là-bas.

Le 28 février, le Comité de planification du district de Jérusalem a proposé un plan pour quelque 700 logements dans la colonie de Pisgat Ze’ev à Jérusalem-Est.

Violences quotidiennes

Quant à l’appel de la résolution aux parties pour qu’elles empêchent les attaques contre les civils, le Coordonnateur spécial a déclaré : « Malheureusement, la violence quotidienne a continué ».

Vingt-quatre Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes lors de manifestations, d’affrontements, d’opérations de sécurité, d’attaques et d’attaques présumées contre des Israéliens au cours de la période considérée. En outre, des colons israéliens ou d’autres civils ont perpétré 144 attaques contre des Palestiniens.

Au total, les Palestiniens ont mené 277 attaques contre des civils israéliens.

Inverser les tendances négatives

Dans le même temps, M. Wennesland a salué les mesures prises pour « inverser les tendances négatives », citant l’accord du 27 décembre du Qatar avec l’Autorité palestinienne et la Gaza Electricity Distribution Corporation, pour faire avancer la construction d’un gazoduc entre Israël et Gaza.

A Gaza, il a fait remarquer qu’Israël autorisait la délivrance de permis à quelque 12 000 marchands et commerçants palestiniens. En janvier, le mouvement quotidien des travailleurs, des commerçants et des hommes d’affaires à travers le point de passage d’Erez était le plus élevé depuis 2007.

Un appel au calme

M. Wennesland a observé que l’absence d’un processus de paix significatif pour mettre fin à l’occupation israélienne et résoudre le conflit alimente une dangereuse détérioration qui déstabilise la situation dans tout le territoire palestinien occupé.

Avant le Ramadan, Pessa’h et Pâques – une période de « réflexion pacifique, de prière et de célébration » pour toutes les religions – il a exhorté les parties à garder à l’esprit le droit international et les accords bilatéraux, en vue de mettre fin à l’occupation.

« Les dirigeants de tous les côtés ont un rôle essentiel à jouer pour assurer le calme », ​​a-t-il souligné.

articles similaires

Toute l'actualité