Le Yémen face à une « catastrophe pure et simple » à cause de l’augmentation de la faim, préviennent les humanitaires de l’ONU |

Aujourd’hui, plus de 17,4 millions de Yéménites sont en situation d’insécurité alimentaire ; 1,6 million de personnes supplémentaires « devraient tomber dans des niveaux de faim d’urgence » dans les mois à venir, portant le total de ceux qui ont des besoins d’urgence à 7,3 millions d’ici la fin de l’année.

La famine va quintupler

Les humanitaires sont extrêmement préoccupés par la probabilité que le nombre de personnes connaissant des niveaux de faim « catastrophiques » – ou proches de la famine -, volonté multiplier par cinqde 31 000 maintenant à 161 000 au 31 décembre.

?+4 millions de déplacés par le conflit
?+12 millions ont besoin d’aide alimentaire pour survivre
?La moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition

La réponse humanitaire doit se poursuivre au #Yemen.

Les coupes dans l’aide alimentaire sont dévastatrices pour des millions de personnes dont la survie en dépend. #YemenCantWait pic.twitter.com/33TsWlyKHK

– Programme alimentaire mondial (@WFP) 14 mars 2022

« Ces chiffres déchirants confirment que nous sommes sur le compte à rebours de la catastrophe au Yémen et que nous n’avons presque plus de temps pour l’éviter », a déclaré le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley.

« À moins que nous ne recevions immédiatement de nouveaux fonds substantiels, la famine et la famine de masse suivront. Mais si nous agissons maintenant, il y a encore une chance d’éviter une catastrophe imminente et de sauver des millions.

Battez-vous pour Marib

Cette évolution survient alors que de violents combats ont été signalés au cours du week-end entre les troupes gouvernementales yéménites et les séparatistes d’Ansar Allah – également connus sous le nom de forces Houthi – autour de la ville riche en pétrole de Marib, qui est toujours sous contrôle gouvernemental, tuant et blessant des dizaines de combattants.

Les combats ont eu lieu alors que l’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, Hans Grundberg, a mis fin à sa première semaine de consultations avec les principales parties yéménites dans un effort pour un avenir pacifique et durable pour le pays qui est enfermé dans une escalade du conflit depuis 2015.

Avant un événement de haut niveau sur la crise humanitaire au Yémen ce mercredi, le haut responsable de l’aide de l’ONU au Yémen, David Gressly, a déclaré dans un tweet qu’un financement était « nécessaire de toute urgence pour soutenir l’aide alimentaire et nutritionnelle, l’eau potable, les soins de santé de base soin et protection. Les parties au conflit peuvent réduire leur dépendance à l’égard de l’aide en réduisant les restrictions sur l’économie.

L’avertissement du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), du PAM et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) fait suite à une flambée de violence à travers le Yémen, qui a fait au moins 47 morts ou mutilations d’enfants en janvier et février.

Manque les bases

Après sept ans de combats, « de nombreux ménages au Yémen sont privés de leurs besoins alimentaires de base », a déclaré Qu Dongyu, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Dans une recherche de solutions, le chef de la FAO a ajouté que l’agence travaillait « directement avec les agriculteurs sur le terrain pour favoriser leur autonomie grâce à une combinaison de soutien aux moyens de subsistance d’urgence et à plus long terme, pour renforcer leur résilience, soutenir la production agroalimentaire locale , et compenser la dépendance des gens à l’égard des importations ».

Estomacs vides

Soulignant l’impact négatif durable sur les enfants, la Directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, a averti que « de plus en plus d’enfants » « se couchaient le ventre vide » au Yémen.

« Cela les expose à un risque accru de déficience physique et cognitive, et même de décès », a ajouté Mme Russell. « Le sort des enfants au Yémen ne peut plus être ignoré. Des vies sont en jeu. »

© PAM/Hebatallah Munassar

Un nourrisson mange des aliments supplémentaires dans un point de distribution du Programme alimentaire mondial à Mokha, au Yémen.

Pour 2022, l’UNICEF a besoin à lui seul de 484,4 millions de dollars pour répondre à la crise humanitaire au Yémen.

Selon la dernière analyse de l’insécurité alimentaire, il y a eu une augmentation de la malnutrition aiguë chez les enfants de moins de cinq ans au Yémen et chez les nouvelles mères.

Dans tout le pays – déjà l’un des plus pauvres du monde avant l’escalade du conflit – 2,2 millions d’enfants souffrent aujourd’hui de malnutrition aiguë ; 500 000 jeunes supplémentaires sont confrontés à la malnutrition aiguë sévère, une maladie potentiellement mortelle.

Parmi les gouvernorats les plus touchés figurent Hajjah, Hodeida et Taizz.

Les femmes enceintes ou allaitantes sont également menacées par le manque criant de nourriture, avec environ 1,3 million de personnes souffrant de malnutrition aiguë, selon la nouvelle analyse de la classification de phase intégrée (IPC) sur le Yémen, publiée lundi.

« La conclusion retentissante (des conclusions de l’IPC) est que nous devons agir maintenant », a déclaré M. Gressly, Coordonnateur résident et humanitaire des Nations Unies pour le Yémen. « Nous devons soutenir la réponse humanitaire intégrée pour des millions de personnes, y compris un soutien alimentaire et nutritionnel, de l’eau potable, des soins de santé de base, une protection et d’autres nécessités. »

La violence à blâmer

Le conflit est largement accusé d’avoir créé le glissement économique désastreux du Yémen ces dernières années – et d’avoir fait grimper les niveaux de faim – alors que la dépréciation du rial yéménite a poussé les prix des denrées alimentaires en 2021 à leurs plus hauts niveaux depuis 2015.

Bien que se produisant à des milliers de kilomètres de là, la crise ukrainienne provoquée par l’invasion russe devrait conduire à « des chocs importants sur les importations » et des prix plus élevés, 30 % des importations de blé du Yémen provenant d’Ukraine.

« La paix est nécessaire pour mettre fin au déclin, mais nous pouvons faire des progrès maintenant », a insisté M. Gressly. « Les parties au conflit devraient lever toutes les restrictions sur le commerce et l’investissement pour les produits non sanctionnés. Cela contribuera à faire baisser les prix des denrées alimentaires et à libérer l’économie, en donnant aux gens la dignité d’un emploi et une voie pour s’éloigner de la dépendance à l’aide.

articles similaires

Toute l'actualité