Plus de 2 attaques par jour contre des établissements de santé ukrainiens ; 6,5 millions de déplacés internes |

« Nous, ainsi que nos partenaires, restons profondément préoccupés par l’impact des combats signalés sur les civils piégés dans les villes de l’est, du nord-est et du sud de l’Ukraine, notamment à Tchernihiv, Soumy, Kharkiv, Izyum, Donetsk, Mykolaïv et Marioupol », a déclaré l’ONU. Porte-parole, Stéphane Dujarric, informant les correspondants au siège de l’ONU à New York.

‼️Près de 6,5 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur de l’#Ukraine à cause de la guerre.

L’OIM et ses partenaires continuent de fournir une aide indispensable à l’Ukraine et aux pays voisins. https://t.co/N7BGBInKsp

— OIM – ONU Migration ?? (@UNmigration) 21 mars 2022

Depuis le 24 février, date du début de l’invasion, plus de 10 millions de personnes ont été chassées de chez elles en quête de sûreté et de sécurité, soit près d’un quart de la population ukrainienne.

Cela comprend environ 6,5 millions d’hommes, de femmes et d’enfants déplacés à l’intérieur du pays, a déclaré lundi l’agence des Nations Unies pour les migrations, l’OIM, et près de 3,5 millions de personnes qui ont traversé les frontières internationales depuis l’Ukraine en tant que réfugiés, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR.

Les données de l’OIM montrent que 13,5 % des personnes nouvellement déplacées avaient déjà vécu une expérience de déplacement en 2014 et 2015, lorsque l’armée russe a annexé la Crimée à l’Ukraine et soutenu des militants séparatistes dans les régions orientales de Louhansk et de Dontetsk.

« Beaucoup de ces déplacés sont particulièrement vulnérables, femmes enceintes et allaitantes, personnes âgées, personnes handicapées, malades chroniques et les personnes directement touchées par la violence », a rapporté l’OIM. Plus de 60 % des chefs de famille enquêtés sont accompagnés d’enfants et plus de 53 % des déplacés internes sont des femmes.

L’agence a déclaré que les besoins les plus urgents comprennent les médicaments, les services de santé et les ressources financières. Quelque 186 000 personnes déplacées sont des ressortissants de pays tiers.

« L’ampleur des souffrances humaines et des déplacements forcés dus à la guerre dépasse de loin tout scénario du pire », a-t-il ajouté. déclare le directeur général de l’OIM, António Vitorino.

« Répondre aux besoins des personnes déplacées à l’intérieur du pays et bloquées en Ukraine est notre priorité absolue. Notre les équipes ont atteint des milliers de personnes avec une aide essentielle, mais nous avons besoin que les hostilités cessentafin de pouvoir atteindre les personnes dans les zones gravement touchées.

Les organisations humanitaires sont préoccupées par le risque de traite et d’exploitation sexuelle et l’OIM a intensifié ses mesures de prévention de la traite, fournissant des informations vérifiées et sûres aux réfugiés et aux ressortissants de pays tiers en déplacement.

© UNICEF/Tom Remp

Des familles arrivent à Berdyszcze, en Pologne, après avoir traversé la frontière ukrainienne, fuyant l’escalade du conflit.

La santé dans le collimateur

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré avoir vérifié dimanche six autres informations faisant état d’attaques contre des établissements de santé en Ukraine, a déclaré M. Dujarric.

« Depuis le 20 mars, L’OMS a vérifié 52 attaques contre les soins de santé en 25 jours. L’OMS note qu’il s’agit de plus de 2 attaques par jour, soulignant que cela, bien sûr, est inacceptable et que les soins de santé doivent toujours être protégés», a ajouté le porte-parole de l’ONU.

Les livraisons de repas se poursuivent

Le Programme alimentaire mondial, le PAM, a indiqué qu’il avait fourni une aide alimentaire à plus de 330 000 personnes touchées par la crise à l’intérieur de l’Ukraine depuis le début de l’offensive russe.

La livraison de nourriture aux partenaires coopérants est également en cours d’intensification, atteignant plus de 900 tonnes métriques au cours des derniers jours. Dans Kharkiv assiégée, qui a subi d’énormes dégâts dus aux armes lourdes russes, le PAM a doublé sa distribution de pain par l’intermédiaire de partenaires, atteignant près de 78 tonnes métriques pour environ 260 000 personnes.

A Kiev – suite à la livraison de 26 tonnes de biscuits à haute teneur énergétique – les partenaires du PAM ont livré environ 325 tonnes d’huile végétale et 478 tonnes de farine de blé à près de 70 000 personnes vulnérables, a déclaré M. Dujarric, tandis qu’à Dnipro, certains 2,2 tonnes de conserves mélangées ont également été distribuées aux plus vulnérables.

Le personnel de Tchernobyl autorisé à rentrer chez lui

Dans la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, le personnel qui y travaille sans arrêt depuis le début de l’invasion a finalement été autorisé à rentrer chez lui par les officiers militaires russes qui contrôlent désormais la centrale, laissant la place à une nouvelle équipe.

L’évolution de la situation de lundi fait suite à une profonde inquiétude exprimée par Mario Grossi, chef de l’Agence des Nations Unies pour l’énergie atomique, l’AIEA, concernant le bien-être du personnel.

Dans un communiqué publié dimanche, M. Grossi a déclaré qu’ils avaient effectué leur important travail « dans des conditions extrêmement stressantes et fatigantes en présence de forces militaires étrangères et sans repos suffisant ».

articles similaires

Toute l'actualité