Presque tout le monde respire désormais de l’air pollué, prévient l’OMS |

Notant que les combustibles fossiles sont responsables de la plupart des émissions nocives liées aux maladies aiguës et chroniques, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé à des mesures concrètes pour limiter leur utilisation.

L’agence des Nations Unies a également exhorté davantage de gouvernements à prendre note qu’elle a apporté des révisions importantes à ses indicateurs de qualité de l’air, y compris pour les particules – connues sous le nom de PM2,5 – qui peuvent pénétrer dans la circulation sanguine, ainsi que le dioxyde d’azote (NO2), un autre acide urbain courant. polluant et précurseur de particules et d’ozone.

Niveau inférieur

« Il a été reconnu que la pollution de l’air a un impact à un niveau beaucoup plus faible qu’on ne le pensait», a déclaré le Dr Sophie Gumy, responsable technique au Département Environnement, changement climatique et santé de l’OMS.

« Ainsi, avec toutes les nouvelles preuves qui sont apparues au cours des 15 dernières années depuis la dernière mise à jour des directives de l’OMS sur la qualité de l’air, la plupart des valeurs des niveaux indicatifs ont été réduites. Ainsi (pour) les particules, il a été réduit de deux, et pour le dioxyde d’azote, il a été réduit de quatre.

Selon l’OMS, les pays à revenu faible et intermédiaire sont toujours plus exposés à des niveaux malsains de particules par rapport à la moyenne mondiale, mais les schémas de dioxyde d’azote « sont différents, montrant moins de différence entre les pays à revenu élevé et les pays à revenu faible et intermédiaire ».

Danger invisible

Les données de l’agence indiquent que 4,2 millions de personnes meurent de l’exposition à la pollution de l’air extérieur, en plus des 3,8 millions dont les décès sont liés à la fumée domestique produits par des poêles et des combustibles sales.

Et sur la base de la modélisation mathématique de l’OMS des données disponibles sur la pollution de l’air dans 80% des zones urbaines du monde, cela indique que presque chacun d’entre nous est confronté à un risque accru de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral, de maladie pulmonaire, de cancer et de pneumonie.

Aussi déprimante et aussi dangereuse que soit cette situation, l’agence de santé des Nations Unies insiste sur le fait que l’élan s’est amplifié pour une meilleure qualité de l’air partoute au cours de la dernière décennie.

La preuve en est que plus de 6 000 villes dans 117 pays surveillent désormais la qualité de l’aircontre 1 100 villes dans 91 pays il y a dix ans.

© Unsplash/Kristen Morith

Le smog remplit l’horizon de la ville de Toronto, Canada.

Atteindre un air plus pur est également l’un des 17 objectifs de développement durable, et un nombre croissant d’agences des Nations Unies ont adopté des résolutions exhortant les États membres à faire face aux effets sur la santé de l’air chargé de smog.

Se félicitant du nombre croissant de villes qui ont commencé à mesurer la qualité de l’air pour la première fois, le Dr Maria Neira, directrice du Département de l’environnement, du changement climatique et de la santé de l’OMS, a déclaré qu’il était particulièrement important que des données soient également recueillies sur le dioxyde d’azote. .

NO2 « est un indicateur indirect du trafic et cela nous dit ce qui se passe au niveau urbain et comment ce gaz que nous connaissons est si nocif et cause tant de maladies respiratoires – l’une d’entre elles étant l’asthme – augmente dans de nombreuses villes du monde.

Malgré ces progrès, « la mauvaise nouvelle est que nous avons encore une majorité de villes qui ne respectent pas les directives sur la qualité de l’air», a déclaré le Dr Gumy. « Les personnes qui y vivent respirent toujours des niveaux malsains de particules fines et de dioxyde d’azote, les habitants des pays à revenu faible et intermédiaire étant les plus exposés. »

Données chaudes

Publiée avant la Journée mondiale de la santé le 7 avril, la mise à jour 2022 de la base de données sur la qualité de l’air de l’Organisation mondiale de la santé comprend pour la première fois des mesures au sol du dioxyde d’azote (NO2) et des particules d’un diamètre égal ou inférieur à 10 microns (PM10) ou 2,5 microns (PM2,5). Les deux groupes de polluants proviennent principalement des activités humaines liées à la combustion de combustibles fossiles.

La nouvelle base de données sur la qualité de l’air est la plus complète à ce jour dans sa couverture de l’exposition à la pollution de l’air sur le terrain, selon l’OMS. Quelque 2 000 villes/établissements humains de plus enregistrent désormais des données de surveillance au sol pour les particules, PM10 et/ou PM2,5, par rapport à la dernière mise à jour. Cela marque une multiplication par près de six du nombre de déclarations depuis le lancement de la base de données en 2011.

articles similaires

Toute l'actualité