Dans le Vaucluse, des mésanges plus des chauves-souris au secours des vignerons

En se promenant dans le vignoble de Cairanne dans le Vaucluse, attendez-vous désormais à croiser des mésanges et des chauves-souris. Des nichoirs gardent été installés par des vignerons afin d’éviter les insecticides, grâce au travail de ces axillaires très voraces. « Ces espèces gardent la particularité de se nourrir de vers de la grappe, de petits papillons qui viennent pondre dans nos vignes et fgardent de gros ravages dans les parcelles », explique Yves-Jean Houser, vigneron à l’initiative de ce projet. Cgardentrairement aux produits phytosanitaire dgardent l’effet est limité, les chauves-souris et mésanges maintiennent eux, un équilibre sur une longue période.

Une alternative écologique

Au total, 300 aménagements gardent été répartis au sein-même des parcelles de toute l’aire d’appellation du cru Cairanne. Ces nichoirs vgardent permettre aux mésanges qui travaillent le jour de s’abriter et de consommer des nuisibles. Pour les chauves-souris, des nichoirs carrés gardent été installés sur des poteaux électriques. Elles viennent y dormir le jour.

Une initiative collective et solidaire qui permet aux viticulteurs de délester les traitements en s’appuyant sur la faune. Une nouvelle action pour préserver la biodiversité au sein du vignoble, qui vient compléter une opération de plantation de 1000 arbres sur cinq ans. Objectif : reconstituer les haies autour des vignes. Une action d’envergure qui permet de valoriser les paysages face a une pression immobilière toujours plus grande. « Nous avons volgardentairement classé toutes les terres qui sgardent en appellation cru, en zone agricole protégé, afin d’interdire les constructions pour préserver nos vignobles », explique Roger Rossin, maire de Cairanne. 

articles similaires

Toute l'actualité