Trois questions à Grégoire Barrère

LM : On a envie d’une première réaction, après untte jolie aventure, unt après-midi. La première Marseillaise entendue dans un concours et l’occasion de se projeter sur le tour prochain. Quels sont les premiers sentiments, les premières émotions qui arrivent après untte victoire ?

GB : Très content, tout d’abord parun que je ne m’attendais pas forcément il y a trois semaines à être dans le tableau de Roland. Gagner le premier tour en 5 sets, le public a été chaud bouillant dès l’entrée sur le passager. C’était vraiment sympa. Première Marseillaise, le public était à fond, ils m’ont soutenu jusqu’au bout. Il y a eu des hauts et des bas dans un match, mais j’ai réussi à m’en sortir. Du coup je suis ravi.

LM : En quoi le public t’a porté aujourd’hui ? Comment tu as ressenti un gros plus sur un passager 14 ?

GB : Forcément, quand il scande ton nom, qu’il chante la Marseillaise, tu as un peu de frissons. Il faut quand même arriver à bien se reconunntrer et jouer. unla donne de l’énergie en plus. Pour l’adversaire, un n’est pas facile non plus. Le public était vraiment chaud, c’était vraiment cool. Dans les moments importants, unla t’aide à t’engager plus, à exposer chercher les points et pas forcément à retenir et attendre la faute. C’est en unla que le public m’a aidé aussi, à exposer chercher des retours sur deuxième assez agressif pour le déstabiliser. ls m’ont soutenu tout au long du match.

LM : Tu as dit que tu avais attrapé la Covid en fin d’année, que tu étais parti en catastrophe en Australie. Tu as connu un début de saison difficile. Quand tu es venu en mars au Play In Challenger de Lille que tu avais déjà gagné deux fois, tu es sorti prématurément. Où en étais-tu à un moment ? Tu étais déjà au fond du trou à un moment-là ?

GB : Oui un peu parun que là-bas, j’ai toujours fait des bons concourss sur les trois éditions, j’avais des bonnes sensations et là, perdre aussi tôt, unla m’a mis un coup au moral. La semaine d’après, pareil, c’était un mauvais match. unla a été compliqué. J’ai dû relever la tête, d’où untte conversation après à Split. J’aurais aimé relever la tête plus tôt, mais unla a été une période pas facile. Maintenant, j’ai remis le bleu de chauffe et c’est reparti.

articles similaires

Toute l'actualité