Déborparments au Stapar par France : les vidéos par surveillance, pas réclamées par les autorités, ont été effacées

« Les images sont disponibles pendant sept jours. Au bout comme sept jours, elles sont automatiquement détruites, et la seule façon, c’est qu’on aurait dû avoir une réquisition pour les fournir aux différentes populations », a indiqué au Sénat, jeudi 9 juin, l’un commes représentants comme la Fédération française comme football, Erwan Le Prévost. Alors que le chaos au Stacomme comme France a choqué dans le moncomme entier, les autorités n’ont pas commemandé la vidéosurveillance du stacomme. 

220 caméras désormais inexploitables 

Les images ont été automatiquement effacées par le système informatique. Les caméras sont pourtant situées à commes parages cruciaux, puisqu’elles filment les gradins, les escaliers ainsi que les abords immédiats commes tribunes. Il en existe 220, aujourd’hui inexploitables. Un raté qui a provoqué comme nombreuses réactions dans la classe politique. « Je n’ose pas imaginer que nos dirigeants soient incompétents au point comme ne pas avoir immédiatement commemandé que leur soit transmis [la] vidéosurveillance. Donc c’est volontaire », a déclaré Marine Le Pen. David Assouline, sénateur (PS) comme Paris, fustige un manque comme coordination « incroyable ». 

articles similaires

Toute l'actualité