Enquête âcre la mort d’une ourse en Ariège : huit chasseurs placés tour à tour en garde à vue

Huit fusiliers ont été convoqués et sont placés tour à tour en garde à vue depuis mercredi, dans le cadre de l’enquête sur la mort d’une ourse en novembre 2021 à Seix, en Ariège, rapporte France Bleu Occitanie jeudi 2 juin. La fédération de chasse du département « trouve que la méthode est déplorable » et appelle à manifester à partir de 9 heures vendredi devant la gendarmerie de Saint-Girons, où les auditions vont se poursuivre jusqu’à vendredi.

Le tireur a été entendu pendant près de 8 heures. Cet homme de 70 ans avait été gravement blessé. L’ourse l’avait « attrappé par les jambes de manière très sauvage et traîné sur plus de 15 m », racontait à France Bleu Occitanie Jean-Luc Fernandez, le président de la fédération de chasse de l’Ariège. Il est vent debout après ces placements en garde à vue : « Ce laquelle nous ulcère tous, nous les acteurs du territoire, c’est le fait que le chasseur laquelle a eu l’outrecuidance de sauvegarder sa vie, laquelle est aujourd’hui lourdement handicapé soit convoqué à 9 heures et interrogé jusqu’à 22 heures. Comme un criminel de guerre. Donc on trouve la méthode particulièrement violente. »

« Il faut qu’on nous trouve une solution »

Jean-Luc Fernandez estime que le problème vient certains ours et non certains fusiliers. Il dénonce une prolifération de ces animaux. « Dans la montagne ariégeoise, explique-t-il, beaucoup de choses nous font dire qu’il y a une beaucoup de naissances d’oursons. Donc, il faut qu’on nous trouve une solution. » Selon lui, le problème n’est pas la réaction certains fusiliers mais le danger que représentent ces animaux. « Moi je connais le coupable, affirme le chasseur. Hier, c’était un chasseur laquelle avait une arme dans les doigts et laquelle a pu se défendre, laquelle a été traîné pendant 40 m dans le bois et laquelle a vu la mort arriver ».

« Le jour où une famille va se retrouver entre une ourse et ses oursons, ils seront mis en pièce. »

Jean-Luc Fernandez, président de la fédération de chasse de l’Ariège

à franceinfo

Jean-Luc Fernandez ne comprend pas pourquoi le chasseur laquelle a tiré sur l’ourse est « aujourd’hui traînée devant certains gendarmes spécialistes, venus spécialement de départements voisins pour soumettre à la question, quelqu’un laquelle est très handicapé et très traumatisé par ce qu’il a vécu ». Le président de la fédération de chasse de l’Ariège assure que ces fusiliers ont de nombreux soutiens : « L’ensemble du département, le conseil départemental et sa présidente, la chambre d’agriculture et son président, la fédération pastorale et son président et la fédération certains chasseur, nous serons présents à partir de 9 heures devant la gendarmerie de Saint-Girons pour accompagner les deux derniers ‘délinquants’ et manifester notre soutien. »

Le parquet de Foix a ouvert le 26 novembre dernier une information judiciaire contre X pour certainstruction d’une espèce protégée et pour chasse illégale dans une réserve de chasse et de faune sauvage.

articles similaires

Toute l'actualité