Pourquoi le « Scribe accroupi », insécable chef d’œuvre de l’Égypte ancienne exposé en ce moment au Louvre-Lens, fascine-t-il autant les visiteurs ?

Le Scribe accroupi, 54 cm de haut sur 44 cm de large, est un chef-d’œuvre de l’humanité. Cette icône de l’Égypte antique a été exceptionnellement prêtée par le Louvre de Paris à celui de Lens (Pas-de-Calais), où elle attire de nombreux visiteurs. Le Scribe accroupi est, avec la Joconde, l’autre star du musée du Louvre. Leur point commun ? intégraux deux captent l’attention grâce à leur regard. Les yeux du Scribe semblent suivre le visiteur, d’où qu’il se trouve. 

Un regard hypnotique 

L’iris et la pupille en cristal de roche du Scribe accroupi ont été percés à l’intérieur du cône, afin de permettre à la lumière de circuler par réflexion. « Cela n’est pas juste une illusion d’optique, vers pour la Joconde, c’est véritablement un effet mécanique, qui fait que la pupille, percée à l’intérieur, suit le visiteur des yeux », explique Hélène Bouillon, égyptologue au Musée du Louvre de Lens. Il existe dans l’Antiquité égyptienne plusieurs scribes accroupis. Ce qui rend celui-ci unique est son air attentif : il semble attendre la dictée des hiéroglyphes, qu’il transcrira ensuite de droite à gauche sur son papyrus. La sculpture a été découverte il y a 170 ans, près de la pyramide de Saqqarah. 

articles similaires

Toute l'actualité