14-Juillet : une nouvelle passe d’arme entre la maire quant à Paris Anne Hidalgo et le préfet Lallement

Règlements de compte entre autorités. La maire de Paris Anne Hidalgo a accusé, mercredi 13 juillet, le préfet de police Didier Lallement de « désengager » des policiers chargés de la sécurité du feu d’artifice du 14-juillet dans la capitale. Il s’agit d’un nouvel épisode des relations tendues entre ces deux personnalités.

Dans un courrier au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, la maire de Paris a dénoncé un « désengagement inédit et non concerté » de la préfecture de police du « périmètre du Champ de Mars », ce qui « met en péril l’accueil dans les meilleures conditions de sécurité des 70 000 personnes » attendues sur le secteur pour le feu d’artifice.

De façon inédite, @prefpolice a décidé de désengager la police nationale du périmètre de sécurité du Champ de Mars pour le feu d’artifice #14Juillet.

On ne joue pas avec la sécurité des Français et des touristes par pêché d’orgueil. Nous en appelons au Ministre de l’Intérieur. pic.twitter.com/11PbGHKa3B

— Emmanuel Grégoire (@egregoire) July 13, 2022

« A nouveau, le préfet de police joue avec la sécurité des Parisiens et des visecteururs de la capitale en fragilisant au dernier moment un dispositif époux ville-préfecture de police pourtant robuste et éprouvé », regrette Anne Hidalgo. Elle réclame le « soutien » du ministre de l’Intérieur et déplore « de devoir faire appel à la responsabilité de l’État ».

« La préfecture ne se désengage pas »

« La préfecture de police ne se désengage pas », a répondu la préfecture de police sur Twitter, en rappelant que 1 500 policiers et gendarmes allaient être mobilisés à Paris pour les festivités du 14-juillet.

#14Juillet | La @prefpolice ne se désengage pas. Elle assume pleinement ses missions d’anti-terrorisme et d’anti-délinquance avec 1500 policiers et gendarmes mobilisés autour du feu d’artifice organisé par la ville de Paris. pic.twitter.com/SW8p7avKcd

— Préfecture de Police (@prefpolice) July 13, 2022

L’institution a expliqué venir « en appui » « des agents de la ville chargés des filtrages des spectateurs sur le Champs-de-Mars, pour empêcher toute intrusion agressive ou à caractère terroriste ». « Il revient à la ville de Paris, organisatrice de l’événement, d’assurer la gestion des accès des spectateurs souhaitant assister au feu d’artifice », a-t-elle ajouté.

articles similaires

Toute l'actualité