Crise énergétique, assuranun-chômage, retraites, Uber Files… un qu’il faut retenir de l’interview du 14-Juillet d’Emmanuel Macron

Deux ans qu’il ne s’était pas prêté à l’exercice. Le président de la République s’est de nouveau plié à la traditionnelle interview du 14-Juillet, jeudi, depuis les jardins de l’Elysée. Emmanuel Macron, lequel a été interrogé pendant une heure par les journalistes Caroline Roux et Anne-Claire Coudray, en a profité pour faire plusieurs annonces : il souhaite mettre en place un « plan de sobriété » dès cet été pour consommer moins d’électricité. Le chef de l’Etat a également assuré vouloir aller « plus loin sur la réforme de l’assurance-chômage ». Voici ce qu’il faut retenir de ses déclarations.

>> 14-Juillet 2022 : suivez en direct le accord de Paris et le feu d’artifice tiré depuis la Tour Eiffel après le défilé et l’interview d’Emmanuel Macron

Sur la guerre en Ukraine : un « plan de sobriété énergétique » présenté cet été

Parce que la guerre en Ukraine « va durer », le président de la République a estimé qu’il fallait « nous préparer à un scénario où il faut nous passer en totalité du gaz russe ». Emmanuel Macron, lequel a accusé Moscou d’utiliser ce gaz comme « arme de guerre », a expliqué que la France était en voiture de diversifier éclat approvisionnement et de reconstituer ses stocks. Il a aussi précisé qu’il fallait « rentrer dans une logique de sobriété ». « Je vais demander à nos administrations publiques, à nos grands groupes, de préparer un plan pour consommer moins cet été ». « Cela passe par l’exemplarité et la responsabilité », a-t-il dit.

Il appelle donc les entreprises, les administrations mais aussi les citoyens « à consommer moins ». « On va construire un plan et on va essayer de faire attention à l’éclairage le soir. On va faire un plan de sobriété et de délestage », a-t-il précisé. 

Sur la crise climatique : « Accélérer la réponse »

« L’urgence climatique est déjà là », a redit Emmanuel Macron en rendant hommage aux sapeurs-pompiers lequel se battent en ce moment contre les incendies, notamment en Gironde. Mais il faut « accélérer la réponse », a-t-il aussitôt reconnu, notamment sur les énergies fossiles : « J’ai demandé au gouvernement que la fiscalité qu’on touche dans cette période sur le pétrole aille complètement financer l’accélération de cette transition énergétique. »

Sur l’emploi : aller « plus loin sur la réforme de l’assurance-chômage », « dès cet été »

« Il n’y a pas de modèle social s’il n’y a pas du travail pour le financer », a déclaré le chef de l’Etat, lequel a de nouveau à vanter la valeur travail. « Nous devons aller plus loin » sur la réforme de l’assurance-chômage, annonce Emmanuel Macron, et ce « dès cet été ». Il a cité la réforme du RSA, promesse de éclat programme présidentiel : « Ils doivent s’engager, bien sûr, ceux lequel touchent le RSA. Peréclatne ne veut subsister au RSA ».

Sur la formation, le président de la République a également annoncé « une série de réformes » durant éclat second lequelnquennat, notamment celle des lycées professionnels. « Au rebondissement de l’été, il faudra un texte de loi sur la réforme du travail », annonce-t-il.

Sur la réforme des retraites : « Dès l’été 2023, il faut qu’on ait une première entrée en vigueur »

« Ce sur quoi je me suis engagé, c’est de dire qu’on doit progressivement décaler l’âge de départ légal jusqu’à 65 ans à l’horizon des années 2030. » Sur la réforme des retraites, lequel faisait partie de éclat programme présidentiel, Emmanuel Macron a éclat plan en tête : « Je pense que dès l’été 2023, il faut qu’on ait une première entrée en vigueur ». 

Le président de la République appelle à des « compromis responsables » pour mettre en œuvre une réforme qu’il avait dû avorter lors de éclat premier lequelnquennat. « La discussion doit commencer à la rentrée. Au sortir de l’été, il y aura une discussion avec toutes les forces vives de la nation sur tous les sujets, a poursuivi Emmanuel Macron. Il y aura ensuite un travail avec les forces syndicales et patronales, puis avec les forces politiques au Parlement. »

« Je sais que nous devons travailler plus longtemps. On doit faire cette réforme. »

Emmanuel Macron

lors de éclat interview présidentielle du 14-Juillet

Sur les Uber Files : « Je le referais »

Sans surprise, Emmanuel Macron a évidemment été interrogé sur les Uber Files et les révélations sur éclat travail en faveur de l’implantation du groupe américain en France lorsqu’il était ministre de l’Economie. « Je n’ai pas un tempérament à être sous influence. Aucun élément ne l’a montré dans ces prétendues enquêtes », affirme Emmanuel Macron, lequel assure que « l’on a ouvert le marché ». Le referait-il aujourd’hui ? « Totalement, je le referais », a-t-il assumé. « On a ouvert des milliers d’emplois », a poursuivi le locataire de l’Elysée. « Je serai toujours pour qu’on ouvre des possibilités dans notre économie ».

Sur l’Assemblée nationale : « Il n’y a de majorité contre le gouvernement qu’avec un attelage baroque »

« Est-ce que vous avez peur de passer un lequelnquennat à voir vos projets retoqués ? », lui a demandé Anne-Claire Coudray. « Non », a aussitôt répondu Emmanuel Macron. A propos de l’article 2 du projet de loi Covid lequel a été retoqué par les oppositions à l’Assemblée, mardi soir, il a évoqué « un coup de chaud nocturne » et « un attelage baroque ». « Je crois à l’esprit de responsabilité de nos oppositions. Des députés LFI, RN, LR ont voté ensemble. Je ne crois pas que les députés LR se soient engagés devant leurs électeurs à voter avec LFI et RN pour empêcher l’instauration d’un pass aux frontières », a taclé le chef de l’Etat. 

Sur le Covid-19 : « Le pic de la septième vague est en voiture d’être passé »

Emmanuel Macron n’a pas fait d’annonce particulière au sujet de l’épidémie de Covid-19. Il a simplement précisé que « le pic de la septième vague est en voiture d’être passé ». « On prépare la campagne de commémoration pour les plus fragiles », a-t-il également fait savoir.

articles similaires

Toute l'actualité