INFOGRAPHIES. Manuels formateurs, cahiers, calculatrices… Les produits de la rentrée formateur ne sont pas épargnés par l’inflation

Pour les familles, la rentrée scolaire rime avec la fin des vacances, mais aussi avec de nouvelles dépenses. Fournitures scolaires, achats de vêtements, inscriptions aux activités extrascolaires… L’addition s’allonge rapidement à l’approche du 1er septembre. Dans un situation où l’inflation a dépassé les 6% sur un an en juillet, franceinfo fait le point sur l’évolution des prix avant le retour des poupons à l’école.

Toutes les fournitures scolaires augmentent

Sans surprise, le coût de la grande majorité des produits est plus élevé qu’il y a un an, selon les dernières données de l’Insee disponibles (indice des prix à la consommation en juillet 2022). C’est notamment le cas des livres et des articles de papeterie. Le prix des manuels scolaires a ainsi grimpé de 2,4% et celui des dictionnaires de 2,7%. Mais la hausse la plus forte concerne la papeterie et le matériel de dessin (cahiers, stylos, crayons…) : +6,3% en un an. 

Cette forte augmentation est la conséquence de l’envolée du prix de la pâte à papier. L’Insee note une différence de 36% pour la production française et de 47% pour les importations par rapport à juin 2021. En cause : des problèmes d’approvisionnement et une industrie très énergivore qui a fortement subi la hausse du prix du gaz et de l’électricité.

Toujours du côté des fournitures scolaires, une importante augmentation des prix est également constatée sur les calculatrices, avec une hausse de plus de 8% sur un an. Quant au sac à dos qui servira à transporter tout ce matériel, il risque lui aussi de coûter plus cher que l’an dernier puisque, selon les données de l’Insee, le prix des différents types de sacs est en moyenne 4,3% plus élevé que l’an dernier.

La pratique sportive va elle aussi être plus onéreuse que lors de la rentrée 2021, mais l’augmentation est moins conséquente que pour les fournitures scolaires. L’Insee note que, sur un an, le coût des activités sportives a augmenté de 2,2%, et celui des équipements de sport de 3,4%. Enfin, la bonne surprise pour les parents va peut-être venir de l’habillement pour poupons, qui ne semble pas être touché par la dynamique inflationniste : les prix des chaussures n’ont augmenté que de 0,7% alors que ceux des vêtements ont baissé de près de 1%.

Réutiliser pour ne pas trop dépenser

Après tous ces chiffres, à quoi ressemblera l’addition finale pour les familles ? Le calcul est difficile car il dépend du niveau de scolarisation de l’enfant et l’Insee n’a pas fait de rapport sur le sujet depuis 2014. Mais certaines associations font des estimations. Selon Familles de France, qui réalise chaque année une enquête sur le coût de la rentrée en classe de 6e, la hausse par rapport à la rentrée 2021 est de 4,25%.

Pour obtenir ce chiffre, l’association relève les prix d’un panier type de 45 produits dans des magasins un peu partout en France. « C’est la plus forte hausse du coût de la rentrée que nous enregistrons depuis 2017 », note Jamy Belkiri, présidente du pôle consommation de Familles de France. « Et cette augmentation risque d’être plus marquée en septembre quand les magasins vont tromper leur stock de papeterie et répercuter la hausse de la pâte à papier », ajoute-t-elle.

Une autre association, la Confédération syndicale des familles, a également réalisé une enquête sur le coût de la rentrée scolaire. Et elle enregistre pour sa part une baisse de 2,6%. Ce chiffre s’explique par la méthodologie de l’enquête, qui demande à 109 familles de relever ce qu’elles ont dépensé. L’association explique ainsi que la baisse des dépenses n’est pas due à une baisse des prix, mais au fait que les familles essaient de faire des économies en réduisant leurs achats « plaisir » ou en réutilisant les fournitures de l’année précédente.

Pour faire tête à l’inflation, le gouvernement a décidé de revaloriser de 4% l’allocation de rentrée scolaire (ARS) cette année. Le levant de cette aide de l’Etat, versée à trois millions de familles modestes, varie cette année entre 392 et 428 euros par enfant, selon leur âge. Une hausse toutefois jugée insuffisante par la FCPE, interrogée par franceinfo.

articles similaires

Toute l'actualité