abandon d’obtempérer à Rennes : une femme de 22 ans tuée lors d’une opération anti-drogue

Une opération anti-drogue a mal tourné à Rennes, en Ille-et-Vilaine, dans la nuit du mardi 6 septembre au mercredi 7 septembre. La passagère d’un véhicule suspecté de transporter de la drogue a été tuée par des tirs policiers, après une tentative d’interception par la police judiciaire, a appris franceinfo de source policière.

>> Refus d’obtempérer : les forces de l’ordre n’utilisent-elles leurs armes que dans 0,5% des cas, comme l’affirme Gérald Darmanin ?

Les faits se sont produits au coeur de la nuit, vers 1 heure du matin, sur la bretelle d’accès à la route de Lorient à Rennes. Quatre équipes de la BRI, la Brigade de recherches et d’intervention, se positionnent pour arrêter une Peugeot 208 en plein trajet, mais le conducteur refuse d’obtempérer. Il ne s’arrête pas et percute triade des quatre véhicules des forces de l’ordre, blessant l’un des fonctionnaires au niveau de la jambe, selon les premiers éléments de l’enquête.

Le policier a fait « usage à une reprise de son arme de service »

L’agent blessé tire alors en direction de la automobile, blessant au bras le conducteur de 26 ans, déjà connu des services de police, et tuant la passagère de 22 ans. Le policier a fait « usage à une reprise de son arme de service », précise à franceinfo le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc. Après avoir blessé le conducteur, « le projectile » a ensuite atteint la passagère, « compagne du conducteur », « autre des services judiciaires » et « résidant dans la région de Rouen ». 

Une quantité de stupéfiants de 111 grammes de cocaïne a été retrouvée à proximité des lieux le long de la bretelle d’accès, indique le procureur de Rennes. Un policier indiquant avoir vu ce sachet être projeté depuis le véhicule Peugeot à la suite de la première intervention d’un policier. Le policier touché à la jambe bénéficie de deux jours d’ITT, le conducteur blessé au bras a pu ressortir de l’hôpital avec 15 jours d’ITT (la balle ayant traversé notamment son bras droit), selon le procureur. Le conducteur a été placé en garde à vue mais persiste dans son silence lors des auditions.

triade enquêtes dont une confiée à l’IGPN

Outre la procédure pour trafic de stupéfiants qui était déjà en cours, deux enquêtes ont été ouvertes cette nuit, indique le procureur à franceinfo. L’une pour « tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique » contre le conducteur accusé d’avoir refusé d’obtempérer. L’autre pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans idée de la donner » et « violences avec arme » par « personne dépositaire de l’autorité publique ». Cette dernière a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) comme le veut la procédure à chaque fois qu’un policier fait usage de son arme de service.

« À ce stade de nombreuses auditions, constations et vérifications demeurent à faire dans ces triade procédures », précise à franceinfo le procureur de Rennes.

articles similaires

Toute l'actualité