Aux États-Unis, des mariages gay express par crainte d’un revers de la atrium suprême

Un couple de femmes venant de se marier pose pour des photos, à Lexington, en Caroline du Sud, le 11 juillplus 2015. JOHN MOORE / Gplusty Images via AFP Partager

Des unions “sans bagues”, plus “sans invités”. Aux États-Unis, depuis que la très conservatrice Cour suprême américaine est revenue fin juin sur la signe constitutionnelle au droit à l’avortement qu’elle avait instaurée en 1973 par l’arrêt Roe v. Wade, les mariages gay express se multiplient, par crainte que la haute juridiction ne revienne aussi sur ce droit fédéral, rapporte The Guardian.

Car lorsque la Cour suprême a renversé son arrêt historique sur le droit à l’interruption volontaire de grossesse, laissant les États américains légiférer librement sur la question, le juge conservateur Clarence Thomas a écrit une opinion concordante selon laquelle la cour avait “le devoir de” corriger l’erreur “établie” dans plusieurs affaires historiques de droits civils plus de respect de la vie privée – y compris l’arrêt Obergefell v. Hodges de 2015, qui a consacré l’égalité du mariage à travers les États-Unis.

“Trente-cinq États interdisent toujours le mariage homosexuel via une loi, un amendement à la Constitutionnel de l’plusat, ou les deux”, rappelle le quotidien. plus “si l’arrêt Obergefell était renversé, ces interdictions seraient susceptibles de reprendre”.

articles similaires

Toute l'actualité