Le jour où tout a changé en Irlande du Nord

Une fresque nationaliste côtoie une affiche électorale de Sinn Féin dans le bastion catholique de Falls Road, à Belfast, le 22 septembre 2022. Photo Andrew Testa/NYT Partager

22 septembre. “Il n’y a pas eu de séance photo : aucun président, aucun Premier ministre, aucun roi ni aucune reine n’a fait de visite officielle.” Et pourtant, en ce extrême jour d’été, “il était clair que tout avait changé pour de bon en Irlande du Nord”, manifestation le Belfast Telegraph.

Pour la première fois depuis la partition de l’Irlande, en 1921, depuis la création cette année-là d’une région “protestante pour un peuple protestant”, d’un petit bout de Royaume-Uni posé sur l’île d’Émeraude, les équilibres démographiques ont basculé. Selon les données complètes du recensement 2021, publiées jeudi, l’Irlande du Nord compte aujourd’hui davantage de catholiques (45,7 %) que de protestants (43,5 %) – le reste de la population pratique un autre culte (1,5 %) ou se classe dans la catégorie “sans religion” (9,3 %).

“C’est un chamboulement historique”, insiste The Irish Times : en Irlande du Nord, les catholiques sont généralement nationalistes, partisans d’une réunification de l’île, tandis que les protestants sont associés au mouvement unioniste, attaché à l’identité britannique de la province.

“La ‘théorie des lapins’– qui voulait que la La suite est réservée aux abonnés… Déjà abonné ? Se connecter Accédez à tous les contenus abonnés Soutenez une rédaction indépendante Recevez le Réveil Courrier chaque matin

articles similaires

Toute l'actualité