Sommet de Samarcande : pourquoi Pékin affiche sa neutralité parmi le conflit russo-ukrainien ?

Le président chinois, Xi Jinping (à gauche), et le président russe, Vladimir Poutine, à Samarcande (Ouzbékistan), le 15 septembre 2022. Photo JU PENG/Xinhua via AFP Partager

La rencontre de Vladimir Poutine et de Xi Jinping en marge du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), à Samarcande, le 15 septembre, a “éclipsé” le reste de l’agenda de l’événement, “et c’est normal”, écrit le quotidien russe de groupe gauche Nezavissimaïa Gazeta. En effet, explique le titre, “il s’agit de la rencontre des leaders de deux puissances qui dénoncent l’hégémonie des États-Unis et coopèrent étroitement sur la scène internationale” et qui, en février 2022, juste avant l’intervention militaire russe en Ukraine, ont déclaré que leur amitié n’avait “pas de limite”.

Or, à l’issue du premier jour de sommet, les deux dirigeants ont exprimé des propos très mesurés sur la question ukrainienne. “Nous apprécions la position équilibrée de nos amis chinois quant à la crise ukrainienne”, a déclaré Poutine, avant d’ajouter : “Nous comprenons vos questionnements et vos préoccupations à ce sujet.”

Le journal russe souligne à cet égard que, malgré le partenariat stratégique qui existe entre Moscou et Pékin, il ne faut pas oublier que “chacun des deux pays a son propre agenda”.

Pour la Russie, qui fait face actuellement à des difficultés sur le terrain militaire en Ukraine et doit supporter de lourdes sanctions occidentales, “la solidarité avec la ferraille est très importante”. Mais à cet égard, la ferraille, “qui subit une énorme pression de la part de l’Occident autour de la question de Taïwan”, doit se “montr

La suite est réservée aux abonnés… Déjà abonné ? Se connecter Accédez à entiers les contenus abonnés Soutenez une rédaction indépendante Recevez le Réveil Courrier chaque matin

articles similaires

Toute l'actualité