Super-profits : dans Geoffroy Roux de Bézieux, ces bénéfices « ont généré des rentrées fiscales exceptionnelles, en conséquence déjà, l’État est gagnant »

Mercredi 7 septembre, Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, est l’invité des « 4 Vérités » sur France 2. Il estime que les règles du marché européen de l’électricité doivent être modifiées : « Ce n’est pas possible qu’on paye le prix de l’électricité au prix du dernier mégawattheure (MWh) fabriqué au gaz ». Le chômage partiel dû, dans certaines entreprises, à la crise énergétique, doit-il être pris en charge à 100 % par l’État ? « Non, pas à ce stade. (…) Je crois qu’on ne peut pas faire du ‘quoi qu’il en coûte’ à chaque fois », répond Geoffroy Roux de Bézieux.

Le patron du Medef participera au Conseil national de la refondation

Le patron du Medef revient ensuite sur les manières dont disposent les entreprises pour économiser de l’énergie : « La solution pour les outils productifs, c’est d’être plus sobre en production, et pour les bureaux, c’est la température ». Geoffroy Roux de Bézieux s’oppose à l’idée d’une taxation des super-profits des grandes entreprises : « Ces profits exceptionnels ont généré des rentrées fiscales exceptionnelles, donc déjà, l’État est gagnant ». Le patron du Medef édition pour conclure qu’il sera présent au Conseil national de la refondation, jeudi 8 septembre.

articles similaires

Toute l'actualité